in ,

Fusion nucléaire : cette start-up promet un « carburant miraculeux » pour 2024

Crédits : aleksandarnakovski / iStock

Une société américaine est à l’origine d’une importante levée de fonds. Son objectif serait de parvenir à maîtriser la fusion nucléaire afin de révolutionner le secteur de l’énergie. En effet, cette énergie serait propre et infinie selon de nombreux experts.

Cent millions de degrés Celsius

Et si la clé de l’avenir environnemental de la planète était la fusion nucléaire ? Pour de nombreux chercheurs, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Les travaux scientifiques sur le sujet avancent petit à petit. En août 2021, une expérience de fusion nucléaire a eu lieu au National Ignition Facility (NIF) aux États-Unis, établissant un nouveau record. Citons également le projet Réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) qui avance à son rythme.

Reste que les petites structures ayant pour ambition d’exploiter le principe de la fusion nucléaire à des fins commerciales sont assez nombreuses. Parfois, leur projet s’avère prometteur et c’est le cas de celui de la start-up américaine Helion. En juin 2021, cette société avait affirmé dans World Nuclear News avoir atteint cent millions de degrés Celsius avec le Trenta, son prototype de réacteur de 6e génération.

Objectif hélium 3

Selon un article de New Atlas du 8 novembre 2021, la somme levée par Helion atteint les 500 millions de dollars, auxquels ont contribué plusieurs investisseurs de renom. Citons par exemple Dustin Moskovitz, cofondateur de Facebook, Jeff Skoll ancien PDG d’eBay ou encore Sam Altman, à la tête d’Open AI et Y Combinator. L’objectif de cette levée de fonds est tout simplement de construire Polaris, le prototype de 7e génération d’Helion. Or, si la société atteint les objectifs fixés d’ici 2024, celle-ci devrait obtenir 1,7 milliard de plus afin de continuer ses travaux.

Mais quelle est l’approche d’Helion en ce qui concerne la fusion nucléaire ? Habituellement, cette technique consiste à produire de l’électricité en faisant tourner des turbines grâce à la chaleur issue de la réaction d’un tokamak, un dispositif de confinement magnétique expérimental (voir photo ci-après). Or, Helion explore un phénomène électromagnétique très particulier. Ce dernier se produit lorsque les atomes de deutérium et d’hélium 3 dans le plasma se mêlent sous la pression après une forte accélération.

tokamak fusion nucléaire
Crédits : CRPP-EPFL, Association Suisse-Euratom / Wikipedia Commons

Néanmoins, il semble que l’objectif premier de la start-up n’est pas de produire de l’électricité en fracassant ces atomes deutérium. En effet, il est davantage question d’hélium 3. Quinze à vingt tonnes de ce « carburant miraculeux » pourraient alimenter chaque foyer américain durant une année.

À terme, il n’est pas forcement question de concevoir d’énormes installations, mais plutôt une importante quantité de réacteurs de taille réduite. Chacun d’entre eux alimenterait alors plusieurs milliers de foyers ou encore les plus énergivores des data centers. Enfin, Helion promet une absence d’impact sur l’environnement et un tarif défiant toute concurrence, à savoir environ dix dollars le MWh.