in

Fumer pourrait augmenter les risques de développer des troubles psychiatriques

Crédits : ukieiri / Pixabay

Au Royaume-Uni, des chercheurs du King’ s College de Londres ont réalisé une étude qui suggère que les personnes qui fument du tabac sont plus susceptibles de développer des psychoses, autrement dit, des problèmes de perte de contact avec la réalité, par rapport au reste de la population.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de l’Institut de Psychiatrie, de Psychologie et de Neuroscience au King’ s College de Londres ont utilisé 61 études scientifiques menées auprès de 15 000 fumeurs et 273 000 non-fumeurs, dont les résultats ont été compilés et croisés.

Après analyse, trois constats ont été faits : d’abord, 57 % des personnes souffrant de psychose étaient des fumeurs réguliers. Ensuite, ceux qui avaient déjà subi un premier épisode de psychose avaient trois fois plus de probabilités de fumer que les autres, et enfin, ceux qui fument avaient développé des troubles psychotiques un an plus tôt que les autres.

Parmi les causes retenues par les chercheurs, l’exposition à la nicotine, qui pourrait accroître la libération de dopamine. Il ne s’agit pas là de la seule cause, mais plutôt d’une contribution au développement de la maladie. « Nous ne pouvons pas affirmer que nous détenons la preuve que fumer la cigarette provoque la schizophrénie. Il est très difficile de pointer un facteur particulier et dire qu’il provoque la schizophrénie. C’est un peu comme pour les maladies cardiovasculaires, il existe une multitude de facteurs de risque » déclare Robin Murray, professeur de psychiatrie au King’ s College.

De nouvelles études sont désormais nécessaires pour comprendre avec précision comment ces maladies se déclenchent, et l’impact clair du tabagisme sur le cerveau humain.

Source : kcl

– Crédits photo : Valentin Ottone