in

Le frère du soleil découvert dans la constellation d’Hercules

Crédits : WikiImages / Pixabay

HD 162826, c’est le petit nom du frère du soleil. Située dans la constellation d’Hercules, à proximité de Vega, cette étoile est 15% plus massive que notre Soleil. Elle se trouve à 110 années-lumière de la Terre et n’est pas visible à l’œil nu, mais il n’y a pas non plus besoin d’un gros télescope, une paire de jumelles suffit pour l’observer. 

L’équipe d’astronomes dirigée par le docteur Ivan Ramirez de l’Université du Texas à Austin l’a découverte en étudiant les 30 étoiles les plus susceptibles de provenir de la même pouponnière que le Soleil. En analysant la composition chimique de ces dernières, seules deux étoiles ont été retenues. Puis en comparant leur orbite respective, seule HD 162826 s’est avérée être liée au Soleil.

Ces deux astres sont nés suite à la mort de l’étoile Coatlicue (Mère des dieux et déesse de la Terre chez les Aztèques). En s’effondrant sur elle-même, cette dernière a créé une supernova. L’amas moléculaire qui s’est alors formé est très instable. Des masses gazeuses se contractent et la matière en leur centre se comprime et s’échauffe. La température continue à s’élever jusqu’à dépasser le seuil où les réactions thermonucléaires sont possibles. Les étoiles ainsi créées sont alors matures. Elles se dispersent ensuite dans la galaxie, telles « des plumes de papillon »…

Cela explique la composition chimique similaire du Soleil et de HD 162826 ainsi que la difficulté à identifier des étoiles sœurs au milieu de tous les autres astres. Cette découverte permettra aux scientifiques de mieux « comprendre dans quelle partie de la galaxie s’est formé le Soleil. […] Cela pourrait nous aider à comprendre pourquoi nous sommes ici », a déclaré Ivan Ramirez. Une autre question se pose également : est-ce que  cette étoile accueille des planètes porteuses de vie ? Pour l’instant, il n’y a aucune certitude, mais le projet Gaïa de l’ESA qui a pour but de tracer une carte en trois dimensions de notre galaxie pourra peut-être nous apporter des réponses.

Sources : arvix.org, CNRS bis, Futura Sciences, Sci-news