in

La fréquence de la foudre sur Terre est influencée par le champ magnétique solaire

Crédits : Unsplash / Pixabay

La fréquence des éclairs est fortement liée à l’état du champ magnétique solaire. C’est ce qu’ont découvert des météorologues de l’Université de Reading, au Royaume-Uni.

En analysant des données collectées entre 2001 et 2006, les chercheurs ont démontré l’existence d’un lien fort entre l’activité solaire, et plus précisément l’orientation du champ magnétique de notre étoile, et la fréquence à laquelle les éclairs ont lieu dans les orages. Pour mesurer cette fréquence, ils ont utilisé des antennes, qui captent les signaux radio émis par ces énormes décharges électriques, et permettent même de suivre la foudre en direct. En comparant ces données avec les observations du champ magnétique solaire, ils ont pu en déduire que celui-ci influençait fortement la fréquence des éclairs, pouvant la faire varier de 40 à 60 %. Plus précisément, c’est quand le champ magnétique solaire pointe vers la Terre que la foudre frappe le plus souvent.

Les raisons de cet effet sont encore mal comprises. L’équipe à l’origine de la découverte avance l’hypothèse d’une modification de l’ionisation des couches hautes de l’atmosphère. Une variation du champ magnétique modifie le nombre de particules chargées qui entrent dans l’atmosphère. Plus ces particules sont nombreuses, plus la haute atmosphère est conductrice, et favorise l’apparition de sprites, de gigantesques décharges électriques qui ont lieu au-dessus des orages, et qui sont étudiés depuis seulement 25 ans. Une autre explication possible serait que le flux de ces particules chargées entraîne une accumulation d’électricité statique dans le haut des nuages.

Quelle que soit l’explication, cette découverte est surprenante, et illustre à quel point certains aspects de la physique de l’atmosphère sont encore peu compris.