Freddy bat le record du cyclone tropical le plus long

cyclone Freddy
Le cyclone Freddy alors qu'il frappait Madagascar en février dernier. Crédits : image de l'observatoire de la Terre de la NASA par Lauren Dauphin, utilisant les données VIIRS de la NASA EOSDIS LANCE, GIBS/Worldview et du Joint Polar Satellite System.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a récemment confirmé que le cyclone Freddy, qui a frappé l’année dernière, détient le record du cyclone tropical le plus long jamais observé. Avec une durée de vie impressionnante de 36 jours en tant que tempête tropicale, Freddy a laissé une marque indélébile dans les annales météorologiques.

Comprendre les cyclones tropicaux

Les cyclones tropicaux, également appelés ouragans ou typhons selon la région, sont des systèmes de basse pression qui se forment au-dessus des eaux chaudes des océans tropicaux. Ils sont caractérisés par des vents violents, des pluies torrentielles et des orages. Pour qu’un cyclone tropical se développe, plusieurs conditions doivent être réunies : une mer chaude (au moins 26°C), une atmosphère instable, une faible variation des vents avec l’altitude et une humidité élevée dans la troposphère inférieure.

Ces tempêtes peuvent causer des dégâts catastrophiques en raison de leurs vents destructeurs, des vagues de tempête qui inondent les zones côtières et des précipitations abondantes qui provoquent des inondations et des glissements de terrain.

Notez par ailleurs que les cyclones sont classés en catégories selon la vitesse de leurs vents. Ceux de catégorie 5 sont les plus puissants avec des vents atteignant plus de 252 kilomètres par heure.

Freddy : un phénomène météorologique exceptionnel

Freddy, qui a sévi entre le 4 février et le 14 mars de l’année dernière, est un exemple extraordinaire de cyclone tropical. Démarrant au large des côtes du nord-ouest de l’Australie, il a traversé l’océan Indien pour toucher terre dans le sud-est de l’Afrique, tout en maintenant son statut de tempête tropicale pendant 36 jours. Cette longévité a surpassé le précédent record détenu par le typhon John en 1994 de 6,75 jours.

En plus de sa durée, Freddy a parcouru environ 12 785 kilomètres, soit près de 33 % de la circonférence de la Terre, tout en conservant son statut de tempête tropicale. Ce parcours exceptionnel n’est cependant pas la seule caractéristique marquante de ce cyclone. Il détient en effet également l’énergie cyclonique accumulée (ECA) la plus élevée jamais enregistrée, une mesure qui combine la force de la tempête et sa durée.

Selon l’OMM, Freddy a également été le premier cyclone de l’hémisphère sud à s’intensifier rapidement à quatre reprises, un phénomène rare et dangereux. À son apogée, il aurait atteint des vitesses de vent maximales de 257 kilomètres par heure, le plaçant dans la catégorie 5 des ouragans de l’Atlantique, le groupe des cyclones les plus puissants.

Beaucoup de victimes, mais une catastrophe évitée

Notez que le cyclone Freddy avait frappé certaines régions, notamment le Mozambique et le Malawi, à deux reprises. Après avoir traversé l’océan Indien et touché terre en Afrique australe, Freddy est retourné en mer, s’est réintensifié et a ensuite frappé à nouveau ces régions, aggravant les dégâts initiaux et augmentant le nombre de victimes. On estime que plus de 1,3 million de personnes ont été touchées au Mozambique, avec plus de 180 décès, tandis que le Malawi a déploré plus de 1 200 morts ou disparus.

Malgré ces chiffres tragiques, l’OMM souligne que les alertes précoces ont joué un rôle crucial en permettant aux populations des pays touchés de se préparer et d’évacuer, ce qui a permis de réduire le nombre de victimes.

Freddy cyclone
Freddy le 6 février 2023. Crédits : NASA/Suomi-NPP

Une longue analyse

L’annonce de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) concernant le cyclone Freddy intervient plus d’un an après son passage pour plusieurs raisons. Pour commencer, la collecte et l’analyse des données météorologiques pour confirmer des records prennent du temps. Les scientifiques doivent en effet examiner minutieusement les enregistrements de vent, de pression, de durée, de trajectoire et d’autres paramètres pour s’assurer de l’exactitude des informations.

Comparer les données de Freddy avec celles des cyclones précédents, comme le typhon John de 1994, nécessite également une analyse approfondie. Les experts doivent en effet s’assurer que les conditions de mesure et les méthodologies sont comparables pour valider un nouveau record.

Analyser l’impact global du cyclone, y compris les effets socio-économiques et les pertes humaines, peut aussi prolonger le délai. Enfin, les déclarations officielles de records mondiaux impliquent souvent plusieurs niveaux de revue et d’approbation au sein des organisations internationales. Les comités de l’OMM, composés d’experts mondiaux, doivent en effet convenir des conclusions avant de faire une annonce officielle.