in ,

En France, la majeure partie des bouteilles d’eau contiennent des microplastiques

Crédits : artisteer / iStock

En France, une association a récemment mené une enquête dont la conclusion est assez inquiétante. 78 % des eaux en bouteille testées durant l’étude contenaient en effet des microparticules de plastique. Toutefois, le taux de microplastiques dans les bouteilles diffère selon les marques.

Un test sur les eaux commercialisées en France

En 2018, nous évoquions une étude menée par le collectif Orb Media aux États-Unis, dont les résultats étaient plutôt alarmants. Cette enquête avait en effet conclu que 93 % des 250 échantillons d’eau en bouteille testés contenaient des microplastiques. En 2020, une étude australienne affirmait quant à elle que le simple fait d’ouvrir une bouteille en plastique libère des milliers de microplastiques.

En France en juillet 2022, l’association Agir pour l’Environnement a publié un dossier intitulé « Nous buvons du plastique ! ». Pour mener leur enquête, les auteurs sont partis du constat que le plastique génère des quantités astronomiques de microplastiques contaminant les écosystèmes et le corps humain. De plus, ce même plastique ne se dégrade pas, mais se fragmente en microparticules.

L’association a vérifié si les principales eaux en bouteille commercialisées en France étaient ou non concernées par le problème. Par exemple, les marques Cristalline, Evian, Vittel, Volvic ainsi que Perrier et Badoit figurent dans la liste. En conclusion, Agir pour l’Environnement affirme que 78 % de ces eaux en bouteille contiennent des microplastiques.

plastique eaux bouteille
Crédits : Agir pour l’Environnement

Des résultats consternants

Par ailleurs, se pose également la question de la teneur en microplastiques de ces bouteilles qui diffère selon les marques. La plupart des eaux contiennent entre 1 et 7 microparticules par litres, mais la palme revient sans conteste à la Vittel Kids avec 121 microparticules par litre. Par ailleurs, seules deux bouteilles sur les neuf testées ne contiendraient aucun microplastique.

Les auteurs de l’étude pensent que l’origine principale de cette contamination pourrait être industrielle. Les microplastiques proviendraient en effet de la dégradation de l’emballage et/ou des fragments se détachant du bouchon. En revanche, les recherches scientifiques sur le sujet ne sont pas légion, si bien que la ou les sources des microplastiques ne sont pas encore totalement comprises. Ce constat est également partagé par l’OMS qui pointe un manque d’études empêchant de mesurer efficacement les risques sanitaires.

Aujourd’hui, les microplastiques contaminent de nombreux endroits, parfois même très reculés (hautes montagnes, fosses océaniques, etc.) et tout dernièrement, un premier cas de détection de microplastiques dans des poumons humains vivants a été documenté. Cela montre que si nous buvons et mangeons des microplastiques, nous en respirons également.