in

Au moins 200 squelettes de mammouths retrouvés au Mexique

Crédits : Institut national d'anthropologie du Mexique

Des chercheurs annoncent avoir identifié les ossements d’au moins deux cents mammouths sur le chantier d’un aéroport en construction au nord de Mexico. Il pourrait d’ailleurs y en avoir beaucoup d’autres. Les fouilles sont toujours en cours.

En novembre 2018, une équipe d’archéologues annonçait la découverte de plus de 800 ossements près de Tultepec, dans le centre du Mexique. Ces derniers provenaient d’au moins quatorze mammouths morts il y a 14 000 ans. Deux fosses creusées par des Hommes à la même époque avaient également été identifiées, laissant penser qu’elles ont été creusées pour y piéger les gros pachydermes.

Ceci étant dit, une équipe d’archéologues annonçait en mai de cette année la découverte d’autres ossements quelques kilomètres plus loin, sur le chantier de transformation d’un aéroport militaire (base aérienne de Santa Lucia) en aéroport international civil. Une soixantaine de spécimens avaient été identifiés en quelques mois seulement. Les chercheurs avaient alors suggéré que d’autres spécimens pouvaient encore se cacher dans le sol.

Au moins 200 mammouths

Ils avaient vu juste. Les squelettes de dizaines de nouveaux géants éteints ont en effet été découverts au cours de ces trois derniers mois. À ce jour, il y en aurait près de 200. Les ossements de «chameaux, de chevaux, de bisons, de poissons d’antilopes, d’oiseaux et de rongeurs ont également été retrouvés», a déclaré Jesus Cantoral, qui dirige l’équipe de fouilles.

En attendant, les travaux de l’aéroport se poursuivent. Néanmoins, tout semble mis en oeuvre pour que les paléontologues puissent continuer à travailler. Il y a en effet tellement de mammouths sur le site que les chercheurs doivent accompagner chaque bulldozer qui creuse le sol pour s’assurer que les travaux soient interrompus lorsque des ossements sont identifiés.

mammouths
Les paléontologues de l’Institut national d’anthropologie travaillent sur la préservation des squelettes de mammouths. Crédits : Marco Ugarte

Enlisés dans la boue

Selon les chercheurs, tous ces mammouths se seraient retrouvés coincés dans la boue d’un ancien lac peu profond, dans lequel ils seraient venus s’abreuver, il y a entre 10 000 et 20 000 ans. Incapables de s’en extraire, tous auraient fini par mourir de faim. Notez que, contrairement au site de Tultepec mentionné plus haut, les fouilles n’ont pour le moment révélé aucune marque de coupe distincte sur les os. Ce qui suggère une absence d’intervention humaine, du moins avant la mort.

Tous ces ossements feront évidemment l’objet d’une étude plus approfondie au cours de ces prochains mois. Nous pourrions alors en apprendre davantage sur leur régime alimentaire. Il sera également question de savoir si ces animaux souffraient ou non déjà de consanguinité génétique. Ce facteur pourrait en effet avoir contribué à leur extinction il y a environ 10 000 ans.

Les fouilles, elles, devraient pouvoir se poursuivre jusqu’en 2022. Il y a donc fort à parier que d’autres squelettes pourront bientôt être retrouvés.

mammouths
Crédits : Marco Ugarte

Enfin, soulignons que le site de ce nouvel aéroport se présente aujourd’hui comme la plus grande cache d’os de mammouth au monde. Il devance désormais le célèbre Mammoth site a Hot Springs (Dakota du sud) – qui compte environ 61 ensembles de restes. De grandes concentrations d’ossements ont également été trouvées en Sibérie et dans les fosses à goudron de La Brea (Los Angeles).