in

On sait maintenant qu’un animal se cachait derrière ce fossile vieux de 550 millions d’années

Crédits : University of Oregon

Une nouvelle étude menée par des chercheurs des universités d’Oxford, de Cambridge, de Bristol et de la British Geological Survey confirme que Dickinsonia était bien un animal, suggérant que la vie a évolué des millions d’années avant l’explosion cambrienne.

La faune de l’Édiacarien est constituée d’organismes énigmatiques en forme de feuille ou de tube datant de l’Édiacarien (−635 à −541 Ma). Les fossiles de ces organismes ont été découverts dans le monde entier et font partie des plus anciens organismes multicellulaires complexes connus. En revanche, les chercheurs n’ont pas beaucoup de fossiles à disposition. Nous savons simplement que cette faune semble avoir disparu en grande partie simultanément avec l’apparition rapide (à l’échelle géologique) de la biodiversité au Cambrien connue sous le nom d’explosion cambrienne. Ainsi, appréhender ces organismes reste aujourd’hui très compliqué et leur place dans l’arbre de la vie est longtemps restée un mystère. Mais nous pourrions enfin avoir quelques réponses.

Dickinsonia costata, le fossile présenté pour cette étude, a toujours intrigué. En effet, était-ce une plante ou un animal ? Vieux de 550 millions d’années, certains l’ont décrit comme une méduse, un ver, un champignon ou du lichen. Il a peu de caractéristiques en commun avec les organismes modernes. Aujourd’hui, les chercheurs semblent néanmoins s’accorder sur un point : Dickinsonia était officiellement un animal.

Cette nouvelle classification se base notamment sur la croissance de la créature. En examinant les populations de cet organisme (spécimens adultes et juvéniles), les chercheurs ont pu établir un modèle informatique répliquant la manière dont la créature grandissait à mesure qu’elle vieillissait. En combinant ces données de croissance avec des informations obtenues précédemment sur la façon dont Dickinsonia s’était déplacé, les chercheurs expliquent avoir finalement pu rejeter toutes les possibilités non animales. Pour eux, il s’agissait d’un animal précoce appartenant soit aux placozoaires, soit aux métazoaires.

Ce constat démontre que les animaux étaient présents durant l’Édiacarien et confirme que les animaux ont évolué plusieurs millions d’années avant l’explosion cambrienne. Cela permettra également à Dickinsonia d’être considéré dans les débats entourant l’évolution et le développement animal tels que sur la symétrie bilatérale, la segmentation et le développement des axes du corps, affinant ainsi nos connaissances quant à la façon dont les premiers animaux ont évolué à partir de formes simples.

Source