in

Le fossile de Lucy est désormais un fichier open source

Crédits : Lucy Open Source

Des ossements de l’australopithèque Lucy ont été détaillés par des scientifiques dans un fichier mis en ligne sur le Web. Les chercheurs sollicitent de l’aide afin d’expliquer sa mort une bonne fois pour toutes.

Faisant partie de l’espèce disparue Australopithecus afarensis, Lucy a été découverte en 1974 par une équipe de recherche internationale sur le site d’Hadar, en Éthiopie. Complet à 40 %, sa datation a été établie à 3,2 millions d’années. Une équipe de scientifiques américains a récemment publié des fichiers tomodensitométriques des quatre os de Lucy, à savoir son fémur, son tibia ainsi que son humérus et son omoplate après avoir obtenu l’autorisation de l’Éthiopie.

Modélisation du squelette de Lucy reconstitué et complété
(Crédit image : eLucy)

Pour se procurer ces fichiers, il faudra tout de même faire une demande en ligne. Le fossile le plus connu du monde pourra donc être partiellement reproduit par des personnes ayant en leur possession une imprimante 3D.

Cette initiative a un but précis : stopper un débat sur la mort de Lucy ayant débuté en aout 2016 avec la publication d’une étude dans la revue Nature. Cette dernière, menée par d’autres chercheurs américains, affirmait que Lucy était décédée suite à une chute d’un arbre. Cette théorie avait alors clairement divisé la communauté scientifique.

La mise en ligne de ces fichiers sonne donc comme un appel à l’aide via Internet, s’adressant entre autres aux enseignants, spécialistes et autres amateurs de fossiles. Interrogé par le site Ars Technica, le paléontologue américain John Hawks explique :

« Les balayages et les éléments imprimés permettent de faire des expériences. Avec eux, on peut facilement reproduire une méthodologie d’étude et vérifier ses conclusions. Il y a une sensation que “tout le monde peut voir” ce que nous sommes en train de faire en tant que scientifiques. »

Quelques professeurs ont déjà téléchargé ces fichiers afin de les montrer à leurs étudiants. C’est le cas de John Mead, enseignant les sciences à la St Marks School of Texas de Dallas, qui déclare que : « la science devient beaucoup plus réelle pour les étudiants quand ils peuvent manipuler quelque chose. »

Cependant, au-delà de l’utilité scientifique d’une telle initiative, celle-ci inquiète également. En effet, certains craignent que les fichiers soient piratés ou détournés pour une exploitation commerciale comme une impression des os dans le but de les vendre.

Sources : NumeramaLe Journal du Geek