in

Effondrement des populations de morses et de caribous au Canada, déjà menacés de disparition

Un caribou / Crédits : iStock

Dans les régions arctiques d’Amérique du Nord, les observations montrent un sérieux déclin des populations de mammifères, notamment celles de caribous et de morses, lesquelles devraient être considérées comme en voie de disparition selon des scientifiques canadiens.

Le lundi 1er mai dernier, un comité d’experts scientifiques chargé de conseiller le gouvernement canadien a affirmé que les deux derniers troupeaux de morses du Canada et une énième harde de caribous sont « menacés de disparition ».

Cela porte à 62 le nombre d’espèces sauvages en danger dans le Nord canadien selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepac). « Au cours des dernières décennies, les aires habitées par les quelques milliers de morses du Haut-Arctique et par la population plus nombreuse du centre de l’Arctique et du Bas-Arctique ont fait l’objet d’une réduction qui d’ailleurs se poursuit ».

Pour les experts qui composent ce comité, il est urgent que ces espèces soient placées sous le statut d’espèce « préoccupante », ce qui obligerait le gouvernement à prendre des mesures officielles pour contrer ce déclin. « Les morses ont été très importants pour les Inuits, à la fois comme nourriture et dans leur culture et le demeurent encore à ce jour. Les morses sont particulièrement vulnérables aux perturbations et méritent certainement une attention particulière », explique Hal Whitehead, membre du comité et expert en mammifères marins.

Crédits : Pixabay

Le statut d’espèce « en voie de disparition » a quant à lui été recommandé pour le caribou migrateur de l’est, une population passée de 800 000 spécimens en 1993 à quelques milliers seulement aujourd’hui. Pour Graham Forbes, autre expert du comité, le caribou est vulnérable aux activités humaines, une situation que vient compliquer le « changement climatique rapide dans le nord ».

Les menaces qui pèsent sur ces populations sont clairement identifiées : réchauffement climatique, recul de la glace de mer, interactions plus fréquentes avec les touristes ou encore développement industriel. « Les arbustes couvrent de plus en plus des paysages autrefois dominés par le lichen, source de nourriture principale du caribou en hiver et la surexploitation se poursuit. Nous sommes préoccupés par le fait que ces facteurs puissent rendre très difficile le rétablissement des hardes », explique Graham Forbes. « Une partie du Nord canadien se réchauffe plus rapidement que partout ailleurs dans le monde, et le nombre d’espèces en péril dans le nord est en croissance ».