in

Une forme de culture existerait chez les cachalots : Ils utilisent différents dialectes

Crédits : Gabriel Barathieu / Wikipédia

Dans une étude parue ce mardi dans la revue britannique Nature Communications, des scientifiques affirment qu’il existe des formes de culture chez les cachalots. En effet, selon le groupe auquel ils appartiennent, les cachalots utilisent des dialectes différents.

Certaines sociétés animales intègrent-elles des processus semblables à ceux qui définissent les différentes cultures humaines ? C’est ce que suggère une récente étude parue dans la revue britannique Nature Communications, et ce, bien que cette notion de culture chez les espèces animales soit fortement controversée. En effet, ils sont nombreux dans la communauté scientifique à estimer que cette notion de culture est justement ce qui différencie l’espèce humaine des espèces animales.

Co-auteur de cette étude, Mauricio Cantor, de l’Université Dalhousie au Canada, estime que c’est le terme culture et la définition qu’on lui prête qui créé cette controverse. « Dans notre étude, nous employons le terme culture au sens large comme définissant un comportement qui est socialement appris et partagé avec un sous-ensemble de la population » précise-t-il.

Pour ce chercheur, « les animaux peuvent, comme nous, découvrir de nouvelles choses, apprendre et copier les compétences de l’autre, passer cette information de génération en génération ». D’ailleurs, il rappelle que l’idée que les espèces animales pourraient aussi développer différentes cultures « a gagné du terrain au cours des 10-20 dernières années ».

Pour mener à bien cette étude, Mauricio Cantor et son équipe ont combiné des données recueillies sur plus de 18 ans avec des simulations informatiques pour pouvoir analyser et comparer les sons émis par les cachalots ainsi que leurs comportements sociaux, permettant ainsi de retracer les évolutions de mêmes groupes de cachalots. Les résultats des modélisations effectuées montrent que « les différents dialectes ne peuvent évoluer comme ils le font que lorsque les baleines apprennent de leurs pairs les sons qu’ils émettent. Ni le hasard ni la seule génétique ne peuvent conduire à des groupes employant différents langages » déclare-t-il avant de conclure : « Nos résultats renforcent l’hypothèse que les principales caractéristiques de la culture humaine (comme l’apprentissage social) peuvent se retrouver dans les populations animales ».

Source : TDG