in

Voici où se formera le prochain supercontinent Amasia

supermontagnes
Le supercontinent Gondwana (illustré dans cette image conceptuelle) comprenait ce qui est aujourd'hui l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Australie, l'Antarctique, le sous-continent indien et la péninsule arabique.Crédits : MarkGarlick

Des chercheurs de l’Université Curtin ont utilisé des modélisations informatiques pour estimer les différents processus à l’œuvre dans la formation des anciens supercontinents de la Terre. Sur la base de ces données, ils ont ensuite pu prédire la formation du prochain, nommé Amasia.

Notre planète a besoin de mouvements pour expulser sa chaleur interne. C’est pourquoi nous avons la tectonique des plaques, une sorte de puzzle constitué de plusieurs pièces mobiles qui se déplacent sur le manteau terrestre à mesure que le temps passe. Au cours des deux derniers milliards d’années, nous savons que les continents sont entrés en collision pour former un supercontinent tous les 600 millions d’années environ. A priori, les continents actuels devraient donc se réunir à nouveau, mais à quel niveau ? Et quand, précisément ?

Pour le savoir, des chercheurs de l’Université Curtin dirigée par Dr Chuan Huang ont utilisé un superordinateur. Leurs travaux sont publiés dans National Science Review.

Introversion et extraversion

On pense que les supercontinents terrestres se sont formés par introversion ou par extraversion. La première implique la fermeture des océans internes formés lors de l’éclatement du supercontinent précédent, tandis que la seconde implique la fermeture du superocéan externe précédent. En s’appuyant sur une modélisation géodynamique 4-D et en utilisant des configurations tectoniques réalistes, les chercheurs ont ici démontré que la limite d’élasticité de la lithosphère océanique jouait un rôle critique dans la détermination de la trajectoire d’assemblage d’un supercontinent.

Plus précisément, les scientifiques ont constaté qu’une force lithosphérique océanique élevée conduit inévitablement à un assemblage d’introversion. À l’inverse, une résistance plus faible amène à un assemblage par extraversion.

Cela étant dit, nous savons que la Terre se refroidit lentement depuis des milliards d’années. Une réduction théoriquement estimée de l’épaisseur de la croûte océanique, et donc de sa force, pendant ce refroidissement séculaire de notre planète montre que le processus d’introversion n’était possible que pendant l’époque précambrienne lorsque la lithosphère océanique était plus forte. Cette étude prédit ainsi qu’un processus d’extraversion sera à l’œuvre pour l’assemblage du prochain supercontinent.

Les adieux du Pacifique

D’après les analyses, le prochain supercontinent (déjà nommé Amasia) se formera par la fermeture du Pacifique, et non des océans Indien-Atlantique.

Rappelons que l’océan Pacifique est ce qui reste du super océan Panthalassa qui a commencé à se former il y a 700 millions d’années lorsque le supercontinent précédent a commencé à se désagréger. Nous savons que la taille du Pacifique diminue régulièrement de quelques centimètres par an depuis l’époque des dinosaures, au grès du rapprochement entre l’Amérique et l’Asie. Selon les simulations, le Pacifique se sera complètement fermé d’ici 200 à 300 millions d’années. Entre-temps, l’Australie se sera également rapprochée de l’Asie, avant de rejoindre les Amériques.

supercontinent amasia
Une configuration d’Amasia possible dans 280 millions d’années. Crédit : Université Curtin

Actuellement, la Terre se compose de sept continents avec des écosystèmes très différents. Naturellement, la domination du monde par une seule masse continentale modifiera considérablement cette dynamique. Les chercheurs prédisent que le niveau de la mer sera plus bas et que le vaste intérieur du supercontinent sera très aride avec des plages de températures quotidiennes élevées.