in ,

Les folles expérimentations de chien à deux têtes du savant soviétique Demikhov

Crédits : Bundesarchiv, Bild 183-61478-0004 / Weiß, Günter / CC-BY-SA 3.0 / Wikipédia

En 1959, le magasine LIFE publie un article documentant les expérimentations de transplantations du savant russe Vladimir Demikhov, dont le but est de greffer une moitié de chien à un autre, tout en réussissant à rendre cette cohabitation viable. Ce qu’il a réussi à réaliser.

Le but de ces expérimentations est de réussir et comprendre comment greffer des tissus et/ou organes d’un organisme étranger à un autre, sans que le corps hôte rejette le corps étranger, afin par exemple, de pouvoir remplacer un organe endommagé ou malade. Les expérimentations de Demikhov ont de plus, permis d’affirmer que des tissus cérébraux peuvent continuer à fonctionner après avoir été greffés, à une époque où la greffe de reins est presque toujours un échec. Malgré une certaine horreur qui se dégage de ces expérimentations, elles ont permis à leurs manières de faire avancer la médecine, et de voir plus loin dans les possibilités de greffes humaines d’organes et de membres.

L’expérimentation sur Shavka et Brodyaga

Howard Sochurek, photographe pour LIFE magazine explique l’opération à laquelle il assiste où Shavka, le plus petit des deux chiens sera privé de la partie basse de son corps tout en conservant sont cœur et ses poumons qui continuerons à alimenter sa tête, et sera greffé à Brodyaga. C’est la 24ème expérience de « chien à deux têtes » réalisée par ce savant.

L’opération qui durait jusqu’à 12 heures lors des premiers essais, dure désormais seulement trois heures et demie, et s’effectue en trois parties. D’abord, une incision est faite au niveau de la nuque de Brodyaga afin de réussir à positionner deux fils en plastiques, un rouge et un blanc, dans une de ses vertèbres. Ensuite, Shavka fut endormie et on enveloppa le haut de son corps dans une serviette avant de pratiquer l’incision, tout en refermant au fur et à mesure la totalité des vaisseaux sanguins, jusqu’à finalement sectionner la colonne vertébrale. Le but étant lors de cette étape de garder la tête, les pattes avant, les poumons et le cœur de Shavka en vie et fonctionnels.

Enfin, les artères et vaisseaux sanguins de Shavka furent connectés à ceux de Brodyaga à laide d’un agrafeuse chirurgicale, invention russe, puis le cœur et les poumons de Shavka furent amputés, Les peaux des deux chiens cousues, l’opération fut terminée.

Crédits : Bundesarchiv, Bild 183-61478-0004 / Weiß, Günter / CC-BY-SA 3.0 / Wikipédia

Ce fut un « succès », Shavka et Brodyaga furent capables de voir et de bouger indépendamment l’un de l’autre avant de mourir au bout de 4 jours à cause d’une veine accidentellement serrée pendant leur sommeil. La plus longue période de survie des chiens après une de ces opérations fut de 29 jours.

Vladimir Demikhov a aussi mené des recherches afin de réussir des transplantations humaines, et malgré l’horreur que peuvent inspirer certaines de ses expériences, elles furent indispensables dans l’aboutissement d’opérations aujourd’hui réalisables comme les greffes de reins, de peau, ou de membre.

Source : LIFE 20 juillet 1959, Motherboard