in

Peu importe votre âge, votre foie n’a que trois ans environ

Crédits : iStock

Selon de nouvelles recherches, alors que le corps humain vieillit avec le temps, le foie arrive quant à lui à rester jeune grâce à la régénération de ses tissus. En moyenne, l’organe aurait moins de trois ans, quel que soit l’âge de la personne à laquelle il est attaché. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Cell Systems.

La régénération du foie

L’une des fonctions principales du foie consiste à éliminer les substances toxiques du corps. Ce processus fait des ravages sur l’organe, mais ce dernier est capable de générer de nouveaux tissus fonctionnels en réponse à ces blessures. Ce processus repose essentiellement sur la capacité proliférative des cellules hépatiques.

Nous savons ainsi que le remplacement physiologique des cellules hépatiques est essentiel au maintien de l’activité métabolique élevée du foie. Cependant, ces caractéristiques ont toujours été difficiles à étudier chez l’Homme. Par exemple, on ignorait jusqu’à présent si les hépatocytes parenchymateux étaient constamment échangés tout au long de la vie ou s’il s’agissait de cellules physiologiquement à longue durée de vie. C’est notamment le cas des cardiomyocytes et des neurones qui maintiennent une intégrité structurelle et fonctionnelle sur plusieurs décennies.

Pour tenter de le savoir, des chercheurs ont utilisé la modélisation mathématique et une technique appelée datation de naissance rétrospective au radiocarbone. Cette méthode consiste à dater les cellules humaines en fonction des niveaux d’un isotope du carbone qui a atteint un pic dans l’atmosphère après les essais nucléaires du milieu du 20e siècle.

Pour ces travaux, l’équipe dirigée par le biologiste moléculaire Olaf Bergmann, de l’Université de technologie de Dresde (Allemagne), s’est appuyée sur des échantillons de tissus post-mortem et de biopsies prélevés sur plus de cinquante personnes. Toutes étaient âgées de 20 à 84 ans.

foie
Emplacement du foie. Source : Wikipédia

Trois ans en moyenne

À mesure que notre corps vieillit, il est moins en mesure de renouveler les cellules et d’effectuer des réparations. Ce que cette nouvelle étude montre, c’est que ce dépérissement ne s’applique pas aux hépatocytes (les cellules du foie). Notre organisme maintient un contrôle sur la masse du foie tout au long de notre vie grâce au remplacement continu de ces cellules. Ce processus permet à cet organe de rester un organe jeune : il serait âgé d’un peu moins de trois ans en moyenne.

Cependant, toutes les cellules hépatiques ne se ressemblent pas. Certaines vivent plus longtemps que d’autres. Cette différence dans la rapidité de renouvellement semble être liée au niveau de ploïdie. Il s’agit du nombre d’exemplaires de jeux complets des chromosomes du génome. Les cellules « diploïdes » en possèdent deux, tandis que celles dites « polyploïdes » en possèdent au moins trois.

Ici, les auteurs ont remarqué que les cellules hépatocytes diploïdes présentaient des taux de natalité annuels plus de sept fois plus élevés aux cellules polyploïdes. Autrement dit, les premières se renouvellent beaucoup plus rapidement que les secondes. Ces observations soutiennent ainsi l’idée que le renouvellement physiologique des cellules hépatiques chez l’Homme dépend principalement des hépatocytes diploïdes, alors que les cellules polyploïdes sont compromises dans leur capacité à se diviser.

Il s’agit d’un nouvel aperçu important des mécanismes biologiques qui sous-tendent le fonctionnement du foie. Ces travaux sont naturellement importants. Plus nous en saurons sur cet organe essentiel, mieux nous pourrons comprendre comment le maintenir en bonne santé ou le guérir de maladies.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.