in

Le plastique à usage unique sera banni de l’UE d’ici 2030 !

Crédits : Pixabay / tom_crew

La Commission européenne présentait il y a quelques jours sa stratégie visant à mettre un terme aux déchets plastiques. L’objectif est clairement annoncé : tous les emballages plastiques devront être recyclables d’ici 2030.

Avec plus de 8 millions de tonnes de cette matière qui intègrent au final chaque année les océans du monde entier, il est clair que notre production de plastique est hors de contrôle. Ce problème croissant menace aujourd’hui les écosystèmes de manière désastreuse, étouffant les habitats naturels et nuisant à la faune sauvage. Pour y remédier, les autorités européennes ont pris la décision de bannir la production de plastique à usage unique. L’UE se dirige donc vers une industrie circulaire : tous les emballages plastiques devront être recyclables d’ici 2030.

Cette décision fait notamment suite à la décision de la Chine d’interdire l’importation de matériaux recyclables étrangers. Or l’UE exporte la moitié de ses plastiques collectés et triés, dont 85 % vers la Chine. Face à la possibilité que les plastiques puissent s’accumuler, les responsables européens cherchent donc des moyens de réduire le nombre de ces déchets. Dans le cadre de ce mouvement, Bruxelles annonce un investissement de 350 millions d’euros dans la recherche visant à établir une industrie circulaire. Rien ne se perd, tout se transforme.

« Notre objectif est de rendre l’industrie du plastique circulaire. Nous voulons que tous les emballages plastiques soient recyclables d’ici 2030 », explique la Commission. Plusieurs mesures ont déjà été prises en ce sens, comme la volonté de réduire de façon drastique l’utilisation de sacs à usage unique, soit moins 80 % d’ici à 2019 par rapport au début de la décennie. « L’expérience jusqu’à présent a montré que les mesures introduites par les États membres, que ce soit des frais ou des prélèvements, des objectifs (de réduction) ou des restrictions, se sont révélées très efficaces », assure-t-elle.

« Si nous ne faisons rien maintenant, dans 50 ans nous aurons plus de plastique que de poissons dans les océans », a déclaré Frans Timmermans, vice-président de la commission de Bruxelles à The Guardian, pointant du doigt les effets néfastes de ces « plastiques à usage unique qui ne prennent que cinq secondes à produire, qui ne sont utilisés que cinq minutes, mais qui prennent 500 ans pour se décomposer ». Les océans sont aujourd’hui de véritables décharges. Il convient alors de tout nettoyer et d’empêcher la prolifération des matières nocives pour l’environnement.

Source