in

Fibre optique : un nouveau record de vitesse établi sur Internet !

Crédits : Tobias Brixen / Flickr

Des ingénieurs ont développé une technologie leur ayant permis le transit des données via les infrastructures de fibre optique existantes. Un nouveau record de vitesse a donc été établi : 178 térabits par seconde, soit beaucoup plus rapide que le débit maximal des lignes actuelles.

Un taux de transmission record

Dans un communiqué publié par l’University College London – UCL (Royaume-Uni) le 19 août 2020, des ingénieurs indiquent avoir utilisé une technologie ayant permis un nouveau record à 178 térabits par seconde (Tb/s). Aidés par la start-up londonienne Xtera et KDDI Research (Japon), les ingénieurs de l’UCL ont développé une technologie surprenante. Celle-ci consiste à optimiser le transit des données passant par les infrastructures actuelles de fibre optique.

«Alors que les interconnexions de centres de données cloud de pointe actuelles sont capables de transporter jusqu’à 35 térabits par seconde, nous travaillons avec de nouvelles technologies qui utilisent plus efficacement l’infrastructure existante, en utilisant au mieux la bande passante de la fibre optique et en permettant un taux de transmission record de 178 térabits par seconde», a déclaré la docteure Galdino, principal meneuse de ces recherches.

Aujourd’hui, les réseaux ont une bande passante dont la fréquence maximale est de 4,5 THz. Les ingénieurs ont réussi la prouesse de porter cette fréquence à 16,8 THz ! Au-delà de la vitesse, l’avantage principal est qu’il n’y a pas eu besoin de modifier le matériel existant. Dans le cadre d’une éventuelle démocratisation de cette technologie, les économies réalisées pourraient être très importantes.

UCL record internet vitesse fibre
Crédits : University College London

Tout le monde en haut débit !

Plus précisément, les ingénieurs ont trouvé de nouvelles manières de moduler les impulsions lumineuses. Or, ceci se fait avant leur diffusion sur la fibre optique. Autrement dit, la phase, la luminosité ainsi que la polarisation des longueurs sont modifiées afin qu’il soit possible d’acheminer davantage d’informations. De plus, notons l’absence d’interférences malgré cette importante manipulation.

Il faut savoir que le débit obtenu est 17 800 fois plus rapide que celui des connexions internet les plus rapides destinées aux particuliers. L’UCL a donc très largement dépassé les 400 Gb/s du réseau du Département de l’énergie des États-Unis (ESnet). Cette innovation a aussi battu à plate couture les 44 Tb/s de la puce photonique récemment développée en Australie.

Les possibilités de cette technologie sont énormes. Par exemple, il pourrait s’agir d’augmenter considérablement le débit internet dans des zones n’ayant pas accès au haut débit. Ainsi, il suffirait simplement de mettre à jour les amplificateurs déjà présents sur les réseaux existants.