in

Fibre optique : un incroyable nouveau record de vitesse !

Crédits : Wikimedia Commons

Lors d’une conférence sur la fibre optique, des chercheurs japonais ont fait une démonstration très impressionnante. Leur nouveau genre de câble en fibre optique à quatre corps a permis de quasiment doubler le dernier record de vitesse établi l’an dernier. Selon les scientifiques, il pourrait s’agir d’une révolution concernant les usages du Web et le développement de technologies plus performantes que la 5G.

Un précédent record pulvérisé

Durant la dernière International Conference on Optical Fiber Communications (OFC 2021), une équipe du National Institute of Information and Communications Technology (NICT) a évoqué un nouveau de record de vitesse en termes de fibre optique. Le transfert de données qu’ils ont effectué a affiché une vitesse de 319 Tb/s, là où un an auparavant, d’autres chercheurs nippons et britanniques établissaient un premier record à 178 Tb/s.

Selon un communiqué du 12 juillet 2021, les chercheurs du NICT affirment avoir mis au point un nouveau type de câble en fibre optique, doté d’un laser dernier cri. Les scientifiques ont indiqué que leur innovation pourrait contribuer à révolutionner les usages de l’Internet mais également à développer des technologies allant au-delà de la 5G.

5G
Ce nouveau genre de câble en fibre optique pourrait permettre le développement de technologies au-delà de la 5G !
Crédits : mohamed_hassan / Pixabay

Une compatibilité bienvenue

La publication donne des précisions sur ce test de vitesse réalisé en laboratoire, impliquant un brin de fibre optique expérimental comportant quatre cœurs. Or, ces cœurs se logent dans un câble ayant à peu de choses près la taille d’une ligne de fibre optique standard. Ainsi, ces fibres multi-conducteurs d’un nouveau genre sont compatibles avec l’infrastructure de câble conventionnelle. Elles sont donc intéressantes au niveau des liaisons à haut débit et à longue distance.

Les scientifiques du NICT affirment avoir transféré les données sur une distance simulée de 3 001 km. Par ailleurs, la transmission n’a révélé aucune dégradation du signal, ni même de la vitesse. Évidemment, davantage de recherches seront nécessaires pour permettre un éventuel déploiement mais les résultats sont déjà très prometteurs. Il faut dire que les perspectives de conférer un énorme gain de vitesse aux système existants semblent être de l’ordre du possible.

Outre la vitesse, l’intérêt se situe au niveau de la compatibilité. Étant donné que la taille du câble étant similaire à celle des câbles déjà existants, la technologie est compatible avec les équipements actuels. Il n’y a donc pas besoin d’en changer ou de les aménager. Et fort heureusement, car ceci aurait sans doute impliqué un investissement économique colossal que peu de sociétés auraient accepté d’assumer.