Des feux de forêt font rage dans l’Arctique

feux arctique
Environ 6,8 mégatonnes de carbone ont été émises par les incendies de forêt russes en juin 2024. Crédit : LuYago

Cet été, l’Arctique est en proie à des incendies de forêt d’une ampleur sans précédent alimentés par des conditions climatiques exceptionnellement chaudes et sèches. Ces feux, principalement concentrés dans la République de Sakha en Russie, soulignent les effets alarmants du réchauffement climatique sur cette région habituellement glaciale. Les récentes données du service de surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS) de l’Union européenne révèlent également une augmentation dramatique des émissions de carbone dues aux incendies, reflétant une tendance inquiétante qui pourrait avoir des répercussions mondiales.

Des incendies dévastateurs

La République de Sakha, en Sibérie, est réputée pour être l’une des régions les plus froides de la planète, avec une température annuelle moyenne de -7,5°C. Cependant, ces dernières années, elle a connu des périodes de chaleur extrême et des incendies de forêt dévastateurs, marquant une tendance inquiétante.

En juin 2024, les incendies en Sibérie ont émis 6,8 mégatonnes de carbone, selon les données du Copernicus Atmosphere Monitoring Service (CAMS). Ce chiffre représente le troisième plus élevé des deux dernières décennies, après les records de juin 2020 et 2019, avec respectivement 16,3 et 13,8 mégatonnes de carbone.

Mark Parrington, scientifique principal au CAMS, souligne que ces incendies, bien que typiques pendant les mois d’été en Arctique, ont atteint des niveaux préoccupants en raison des conditions météorologiques plus chaudes et sèches.

« C’est la troisième fois depuis 2019 que nous observons d’importants incendies de forêt dans l’Arctique, ce qui montre une augmentation significative des incendies extrêmes dans cette région au cours des deux dernières décennies ».

Ces événements ne sont pas des incidents isolés, mais s’inscrivent dans une tendance plus large liée au changement climatique mondial. L’Arctique se réchauffe en effet actuellement au moins quatre fois plus rapidement que le reste de la planète, créant des conditions propices à l’ignition et à la propagation des feux de forêt.

L’impact de ces incendies ne se limite pas à cette région. En effet, comme mentionné précédemment, les feux de forêt dans l’Arctique libèrent d’énormes quantités de carbone, contribuant ainsi au réchauffement global et accélérant la fonte du permafrost. La libération de méthane emprisonné dans le permafrost pourrait alors à son tour amplifier encore plus le réchauffement climatique, créant un cercle vicieux difficile à briser.

feux arctique
Anomalies de température de surface (à gauche) et anomalies d’humidité du sol (à droite) en Sibérie du 1er au 23 juin. Crédits : ERA5/CAMS

Le Pantanal touché également

Le problème des incendies de forêt n’est pas limité à l’Arctique. En Amérique du Sud, les zones humides du Pantanal (la plus grande région humide tropicale du monde située au Brésil, en Bolivie et au Paraguay) subissent en effet également des incendies d’une intensité inédite. Selon les observations du CAMS, l’activité des feux de forêt dans le Pantanal est la plus intense depuis deux décennies, après une saison des pluies exceptionnellement sèche. Cette région, normalement marécageuse et riche en biodiversité, est désormais ravagée par les flammes, mettant en danger de nombreuses espèces animales et végétales.

Les incendies de forêt dans le Pantanal, comme ceux en Arctique, sont exacerbés par le changement climatique. Les conditions météorologiques extrêmes, telles que les vagues de chaleur et les sécheresses prolongées, rendent en effet les écosystèmes plus vulnérables aux incendies. Les conséquences écologiques et économiques de ces incendies sont immenses. Ils affectent en effet non seulement la biodiversité locale, mais aussi les moyens de subsistance des communautés humaines dépendantes de ces écosystèmes.

Ces événements soulignent ainsi une fois de plus l’urgence de prendre des mesures concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et protéger les écosystèmes vulnérables. L’avenir de notre planète dépend de notre capacité à répondre efficacement à ces défis environnementaux croissants.