in

« La ferme de Nemo » : le projet qui fait pousser les plantes sous l’eau

Crédits : Capture vidéo / Youtube / AFPBB News

Des plongeurs ont réussi à faire pousser du basilic sous l’eau, en Italie. « La ferme de Nemo » est un projet innovant qui permet de cultiver des plantes au fond de la mer.

Sergio Gamberini, le PDG d’Ocean Reef, une entreprise d’équipements de communication sous-marine, a eu l’idée de cultiver des plantes sous l’eau. « L’idée m’est venue parce que je voulais créer plus d’interaction entre la surface et la plongée. J’ai choisi une activité typique de la ferme et je me suis dit : pourquoi ne pas le faire sous l’eau? », explique-t-il. Il a tout d’abord planté ses graines dans une boîte en plastique qu’il a installée sous un ballon et les plantes ont poussé.

C’est alors qu’il a mis au point un projet, « la ferme de Nemo », qui a été mis en place sous l’eau, à 8 mètres de profondeur et une centaine de mètres de la terre, près du village de Noli. Trois cloches en plastique attachées au fond de l’eau, des bacs de terreau, quelques graines et voilà que les plantes poussent comme dans leur milieu naturel. Sous les cloches, un taux d’humidité de 80 à 90 % et la condensation qui leur apporte l’eau nécessaire permettent aux plantes de grandir. Elles régénèrent l’air de leur espace grâce au processus de photosynthèse.

Une plateforme placée sous chaque cloche permet aux plongeurs d’Ocean Reef de faire du jardinage sans porter de masque. Il sera même possible plus tard de surveiller les plantations grâce à des capteurs et des caméras, mais les plongeurs doivent pour le moment s’y rendre tous les jours. Le plus étonnant est que le basilic a mieux poussé sous l’eau qu’à la surface, avec un meilleur feuillage.

https://www.youtube.com/watch?v=AbsJ_50SMp0

Gianni Fontanesi, le responsable de la gestion du projet, explique : « Cultiver sous l’eau apporte surtout une stabilité thermique. La mer conserve la température, sans grande différence entre le jour et la nuit ». Il fait 29 °C sous les cloches, tandis que l’eau est à 25 °C, et 60 % de la lumière atteint les cultures, ce qui est suffisant pour la pousse. De plus, aucun insecte ni parasite ne peut venir la gêner.

Après le basilic qui a inauguré le projet, les laitues ont pris le relai, bientôt rejointes cet été par les champignons, les tomates, les fraises et les haricots. Cependant, « la ferme de Nemo » ne peut faire pousser que de juin à septembre. Cette solution pourrait convenir aux régions arides en bord de mer, qui manquent d’eau douce et de températures stables. Une innovation qui a fait partie des 20 mises en avant par l’Exposition universelle de Milan.

Sources : La ferme de NemoSciences et Avenir, BFMTV.