La fenêtre de retour se referme pour Starliner

Starliner
Une interprétation artistique montre le CST-100 Starliner de Boeing en route vers un rendez-vous avec la Station spatiale internationale. Crédits : Boeing

Deux astronautes de la NASA, Butch Wilmore et Suni Williams, se trouvent actuellement à bord de la Station spatiale internationale (ISS) à la suite de problèmes techniques rencontrés par le vaisseau spatial Starliner de Boeing. Cette situation complexe suscite des inquiétudes et nécessite une évaluation approfondie avant tout retour sécurisé des astronautes sur Terre.

Un problème d’hélium

Le vol inaugural habité de Starliner s’est déroulé avec succès le 5 juin dernier au départ de Cap Canaveral, en Floride. Malheureusement, la capsule a rapidement rencontré des problèmes. Les ingénieurs ont en effet identifié cinq fuites d’hélium distinctes dans le système de propulseur du vaisseau, mettant en péril la sécurité et la stabilité nécessaires pour un retour sûr. Ces fuites compromettent en effet le système de propulsion qui est crucial pour les manœuvres orbitales et le contrôle de la descente du vaisseau spatial vers la Terre.

Les problèmes de fuite d’hélium dans les vaisseaux spatiaux, comme celui observé sur Starliner, peuvent être attribués à plusieurs facteurs techniques et environnementaux spécifiques au milieu spatial et aux systèmes de propulsion utilisés.

Les vaisseaux sont soumis à de fortes variations de température, de pression et à des niveaux de rayonnement élevés. Ces conditions extrêmes peuvent alors exercer des contraintes importantes sur les matériaux et les systèmes, entraînant parfois des microfissures ou des défaillances dans les joints et les tuyaux où l’hélium est stocké.

Dans le cas de Starliner, l’hélium est utilisé comme gaz sous pression pour alimenter les systèmes de propulsion. Il est stocké à des températures extrêmement basses (cryogéniques) pour maintenir sa densité et son efficacité énergétique maximales. Or, les systèmes cryogéniques sont particulièrement sensibles aux pertes de pression et aux fuites en raison des conditions nécessaires pour le stockage et la manipulation de l’hélium à ces températures.

Starliner
Le vaisseau spatial CST-100 Starliner de Boeing s’est amarré à la Station spatiale internationale pendant la mission d’essai en vol avec équipage. Crédits : NASA

Starliner arrivera-t-il à rentrer ?

Les ingénieurs de Boeing et de la NASA travaillent actuellement pour comprendre les causes exactes de ces fuites d’hélium et pour développer des solutions qui garantiront la sécurité des astronautes à bord de Starliner. Cependant, le carburant limité du module Harmony auquel est amarré Starliner signifie que ce dernier ne peut rester à quai que pendant 45 jours. La fenêtre pour un vol de retour en toute sécurité se rétrécit donc progressivement.

Initialement, le retour sur Terre de la capsule était prévu pour le 13 juin. Le 21 juin dernier, la mission avait été prolongée une première fois jusqu’au 25 juin. Finalement, la NASA a décidé de prolonger à nouveau jusqu’en juillet, sans donner de date précise.

Pour rappel, Starliner fait partie du programme Commercial Crew de la NASA qui est destiné à restaurer la capacité des États-Unis à envoyer des astronautes vers l’ISS depuis l’arrêt des navettes spatiales en 2011. Ce programme a également vu le développement réussi du Crew Dragon de SpaceX qui a effectué douze vols avec équipage depuis 2020.

De son côté, Boeing n’en est pas à ses premiers revers. Un premier vol d’essai sans équipage en 2019 avait notamment été affecté par une erreur logicielle critique. La capsule avait ensuite rencontré des problèmes techniques avec les parachutes et d’autres composants.