in

Les femmes ne perdent pas forcément leur libido en vieillissant

femme agée
Crédits : Piksel / iStock

Selon une étude menée durant une quinzaine d’années, de nombreuses femmes ont toujours envie de sexe même en prenant de l’âge. Certaines de ces femmes estiment même que le sexe est quelque chose de très important.

Un sujet peu évident

La baisse de libido est-elle liée à l’âge ? Généralement atteintes de ménopause autour de 50 ans, les femmes peuvent effectivement ressentir un manque de désir sexuel pour leur partenaire. Toutefois, les hommes peuvent aussi présenter une libido moins intense, un désir moins prononcé et des pensées en lien avec la sexualité moins présentes au même âge. Néanmoins, le lien étroit entre l’âge et la sexualité est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Un article publié par la chaîne CNN le 20 mai 2023 relate en effet le cas d’une étude qui a suivi 3 200 femmes sur une durée de quinze ans. Or, Holly Thomas, la responsable de ces travaux baptisés « étude de la santé des femmes à travers le pays » (SWAN), est formelle : environ un quart des femmes (27 %) considèrent le sexe comme très important, et ce, peu importe leur âge. D’une manière générale, nombreuses sont celles qui continuent à avoir envie de sexe au quotidien même après la cinquantaine. Il est important de souligner que les sentiments d’une femme concernant la sexualité peuvent évidemment varier. Si un quart d’entre elles pense effectivement que leur sexe est très important de la quarantaine à la soixantaine, 28 % y accordent finalement peu d’intérêt.

couple âgé
Crédits : Halfpoint / iStock

Des femmes plus libres d’évoquer la sexualité ?

« L’étude de la santé des femmes à travers le pays (SWAN) est une étude épidémiologique longitudinale multidisciplinaire pensée pour examiner la santé des femmes au cours de leurs années intermédiaires. L’étude examine les changements physiques, biologiques, psychologiques et sociaux au cours de cette période de transition », peut-on lire sur la plateforme officielle de l’étude.

Selon Holly Thomas, ces travaux pourraient faire en sorte que les professionnels de santé soient moins formels dans leur affirmation que la baisse du désir sexuel d’une femme représente forcément un aspect naturel du vieillissement. En effet, d’autres recherches antérieures affirmaient que toutes les femmes perdent leur intérêt pour le sexe en vieillissant. Cette étude tranche donc avec les recherches antérieures.

Les travaux dans le cadre de l’étude SWAN pourraient aussi encourager davantage les femmes de tout âge à évoquer la sexualité avec leur médecin et consulter en cas d’inquiétude autour de leur santé sexuelle. Il faut dire que certaines recherches ont déjà montré que certaines d’entre elles hésitent souvent à en parler, certainement par gêne.