in

Il y a 9000 ans, les femmes aussi s’attaquaient au gros gibier

Crédits : Matthew Verdolivo, UC Davis IET Academic Technology Services

Selon une étude publiée dans Science Advances, l’analyse de plusieurs sépultures vieilles de plusieurs milliers d’années retrouvées en Amérique du Sud suggère que les femmes chassaient le gros gibier tout autant que les hommes dans la région.

Pendant des siècles, chercheurs et historiens ont convenu que dans le cadre de la recherche de nourriture chez les premiers groupes humains, les hommes s’occupaient de la chasse tandis que les femmes cueillaient des herbes et des plantes. Était-ce réellement le cas ? La sépulture âgée de 9000 ans d’une femme, retrouvée dans les Andes sud-américaines, témoigne d’une histoire plus nuancée, selon une nouvelle recherche menée à l’Université de Californie à Davis.

Une jeune chasseuse de gros gibier

En 2013, l’anthropologue Randy Haas travaillait sur une excavation dans les Andes lorsqu’un habitant de la communauté péruvienne de Mulla Fasiri, au sud du pays, lui rapporta la découverte de centaines d’outils en pierre anciens dispersés à proximité. Quelques années plus tard, le temps d’obtenir les financements nécessaires, le chercheur entreprit alors des fouilles supplémentaires dans la région.

Il y a deux ans, avec son équipe, ils ont alors découvert six sépultures humaines à Wilamaya Patjxa, dont l’une contenait de nombreux outils de chasse accompagnant la dépouille. Sur la base d’un examen du développement dentaire, les chercheurs ont déterminé que cette personne était décédée vers l’âge de 18 ou 19 ans. De manière un peu “automatique”, Randy Haas et son équipe ont alors spéculé qu’il s’agissait probablement d’un grand chasseur, d’une personne vraiment importante dans la communauté.

James Watson, professeur agrégé d’anthropologie à l’Université de l’Arizona et coauteur de l’étude, a néanmoins rapidement commencé à suggérer que cet ancien grand chasseur n’était peut-être pas un homme, mais bien une femme. Les ossements de l’individu paraissaient en effet plus petits que ceux trouvés habituellement dans la région. Ces soupçons ont ensuite été confirmés par une analyse détaillée des protéines contenues à l’intérieur de ses dents.

Les chercheurs ont été naturellement surpris dans la mesure où la découverte allait à l’encontre de la pensée populaire. Une autre question se posait alors : s’agit-il d’un cas ponctuel ou cette jeune femme faisait-elle partie d’un modèle de comportement plus large développé chez les anciens Américains ?

chasseuse andes femme
Illustration de la jeune femme s’attaquant à des vigognes dans les Andes il y a  environ 9000 ans. Crédits : Matthew Verdolivo, UC Davis IET Academic Technology Services

La moitié des chasseurs auraient pu être des femmes

Pour tenter d’y répondre, les chercheurs ont parcouru la littérature scientifique pour trouver des rapports sur d’autres enterrements de chasseurs-cueilleurs de la fin du Pléistocène. L’équipe a identifié 429 dépouilles provenant de 107 anciens sites funéraires à travers les Amériques. Sur cet échantillon, 27 individus, dont 11 femmes, ont été enterrés avec des outils de chasse au gros gibier. Une analyse statistique a ensuite suggéré qu’entre 30 et 50% des chasseurs de ces populations étaient en réalité des femmes.

Ces résultats soulignent l’idée que les rôles de genre que nous tenons pour acquis dans la société aujourd’hui, ou que beaucoup tiennent pour acquis, ne sont peut-être pas aussi naturels que certains auraient pu le penser“, conclut Randy Haas.

Marin Pilloud, professeur agrégé au Département d’anthropologie de l’Université du Nevada, rappelle également que de nombreuses cultures n’avaient pas (et n’ont toujours pas) le genre binaire qui domine actuellement notre culture occidentale moderne. “Lorsque nous nous éloignons de nos propres préjugés sexistes, nous pouvons explorer les données de manière nuancée qui sont probablement plus précises sur le plan culturel“.