in

Un faux chien qui respire, saigne et meurt pour les étudiants en école vétérinaire

médecin médecine
Crédits : iStock

Dans l’exercice de beaucoup de métiers, la question de la pratique est importante lors de la formation. La théorie est souvent un aspect vu et revu en long et en large et bien maîtrisé, mais la question de la pratique est bien différente et cruciale. Comment préparer un professeur à prendre en charge ses classes ? Comment préparer un médecin à ausculter ? Beaucoup d’étudiants attendent avec impatience de mettre enfin la théorie en pratique. Dans le cadre des études vétérinaires en Amérique, il a été jusqu’à récemment usuel de s’exercer sur des chiens et des chats qui provenaient de refuges et qui étaient anesthésiés pour l’opération puis euthanasiés. Si cette solution pour permettre aux étudiants de s’exercer n’est pas idéale et a été abandonnée par bon nombre d’établissements, la question d’une solution alternative viable reste d’actualité. C’est dans ce cadre qu’a été inventé un prototype qui pourrait révolutionner l’apprentissage de la pratique. 

Le SynDaver Lab est un laboratoire de biotechnologie situé à Tampa (Floride), c’est notamment un lieu de production de tissus humains synthétiques et de membres pour les entraînements cliniques et les simulations de procédures chirurgicales. Leurs derniers travaux se concentrent sur l’élaboration d’une version à l’usage vétérinaire qui pourrait respirer, saigner et mourir. L’idée est d’avoir un prototype présentant diverses itérations qui permettront aux élèves de faire face à des maux variés et plus ou moins communs comme retirer des tumeurs, des chirurgies du cerveau ou extraire des chaussettes coincées dans l’estomac (que tous ceux qui ont des animaux gloutons lèvent la main). Et bien sûr en cas d’erreur, les étudiants devront trouver une solution pour sauver leur patient artificiel et arrêter son hémorragie si cela est nécessaire !

pink-dog_1024
SynDavers
surgery-dog
NBC News

Bien que le projet semble alléchant, certains professionnels du métier comme Daniel Fletcher (professeur associé en urgence et soins intensifs de l’Université de Cornell) n’apprécie pas la manière dont l’entreprise fait croire à tort que le recours à des animaux pris en refuge est chose commune dans la formation au métier alors que cette pratique appartient pour lui au passé. Comme Fletcher l’a dit au Tampa Bay Times : « je ne suis pas sûr que des écoles vétérinaires aient encore cela dans leur programme de base, mais ce que je sais pour sûr, c’est que de nombreuses écoles que j’ai fréquentées ont arrêté ces pratiques il y a des années ». Le laboratoire a par ailleurs essayé de faire financer le projet par l’émission de télévision Shark Tank (une télé-réalité américaine). N’ayant pas réussi, ils ont lancé une campagne de crowfunding se basant sur l’idée que financer le projet, c’était soi-disant « sauver des milliers de vies » animales.

Malgré les pratiques louches de l’entreprise, il est vrai que l’invention en question a de nombreux mérites : « le canidé utilise le SynTissue breveté de SynDaver qui imite les tissus vivants, il inclue une liste complète de systèmes du corps et a la capacité de simuler des maladies personnalisées et des complications médicales » comme l’explique l’entreprise en ajoutant que leur création est pourvue de battements de cœur et d’un système circulatoire qui lui permet de saigner dans des coupures y sont faites. Aussi, si suffisamment d’étudiants ont la possibilité d’essayer cette invention réaliste pour se former aux techniques chirurgicales qu’ils auraient de grandes difficultés à expérimenter sur le vrai animal de compagnie d’une personne, la formation au métier pourrait être révolutionnée. En tout cas, l’école vétérinaire de Floride testera un de ces chiens artificiels en août.

La firme veut maintenant faire don gratuitement de 20 de ces chiens synthétiques à 28 500 dollars à des écoles vétérinaires accréditées dans le monde en ayant à l’idée que les charges pour l’entretien du matériel seraient payantes. Ils aimeraient aussi plancher sur l’élaboration d’un félin à l’image de leur chien dans un futur proche.

dog-test
SynDaver

Il serait à présent intéressant de voir l’évolution du projet dans les années qui viennent et surtout, si ces technologies vont faire une différence dans le domaine des expérimentations sur les animaux en général ! Ces expérimentations sont la base même de nombreuses recherches médicales dans le monde entier et des doutes subsistent sur la foi que l’on peut avoir en des tests par toujours efficaces sur des souris ou des rats.

Une simulation d’opération a été filmée, voici les images :

Source : ScienceAlert