in

Faut-il se montrer méfiant à l’égard des tests de personnalité ?

Crédits : HippoPx

Depuis quelques jours, la chaine HBO Max propose un documentaire traitant des tests de personnalité. Or, ceux-ci comporteraient des biais importants et leur utilisation pourrait avoir certaines conséquences. Le réalisateur du documentaire s’attaque principalement au célèbre test de Myers-Briggs.

Le MBTI clairement visé

Le Myers Briggs Type Indicator (MBTI) outil d’évaluation psychologique déterminant le type psychologique d’un sujet parmi 16 types différents. Datant de 1962, ce test sert à évaluer les dominantes psychologiques des personnes travaillant par exemple dans le domaine du management. Depuis le 4 mars 2021, la chaîne HBO Max diffuse le documentaire Persona : The Dark Truth Behind Personality Tests dont le réalisateur Tim Travers Hawkins s’attaque justement à ce genre de tests. Le média Refinery29 a décrypté ce même documentaire dans un article du 6 mars 2021.

Rappelons que le MBTI s’appuie sur quatre axes, à savoir l’orientation de l’énergie, la manière privilégiée pour recueillir de l’information, le traitement privilégié pour la prise de décision et le mode d’action. Le premier se caractérise soit par l’extraversion (E) ou l’introversion (I), le second par la sensation (S) ou l’intuition (N) et le troisième par la pensée (T) ou le sentiment (F). Quant au quatrième axe, celui-ci se caractérise soit par le jugement (J) ou la perception (P).

Plutôt populaire, le MBTI fait souvent office de référence, si bien qu’il n’est pas rare que les personnes se présentent en faisant mention de leurs propres résultats sans tabou. Le documentaire de Tim Travers Hawkins explore les conséquences de ce type de tests, dont les résultats peuvent faire sourire lorsqu’il s’agit d’une réalisation à titre personnel. En revanche, il peut être question de discrimination dans le cadre d’une utilisation dans le monde du travail.

documentaire persona test psychologique
Crédits : IMBD

Un test discriminatoire

Dans le cas où une entreprise soumet un potentiel futur employé à un test de ce genre, il ne s’agit pas seulement de mesurer son niveau d’intuition ou son degré d’extraversion. Pour décider ou non de travailler avec cette personne, l’entreprise cherche à comparer ses traits de personnalité avec ceux de ses meilleurs éléments actuels. Or, le fait est que ces tests sont assujettis à des biais importants. Il faut dire qu’à l’origine de ces tests, nous retrouvons souvent des hommes de couleur blanche, de classe moyenne (ou supérieure) hétérosexuels et valides. Malheureusement, ces individus n’intègrent pas les mécanismes de domination régissant notre société actuelle.

Par exemple, le MBTI omet de prendre en compte un détail très important. En effet, la prise de parole, les interactions sociales et la participation à des projets peuvent être très différentes si la personne est handicapée ou est une femme. Même chose pour les individus ayant une couleur de peau différente ou encore une autre orientation sexuelle.

Le documentaire précise toutefois que ce type de tests peut permettre de mettre en lumière certains troubles mentaux comme la bipolarité, par exemple. Néanmoins, il n’en demeure pas moins que ces mêmes tests ne servent pas à effectuer des diagnostics médicaux mais à donner des pistes aux responsables des ressources humaines dans le cadre d’opérations de recrutement.