in

Les semelles des skis contaminent la neige pour des centaines d’années

skis remontée mécanique station sport hiver montagne neige
Crédits : PhotoLife94/iStock

La cire appliquée sous les skis et les planches de snow pour les entretenir et augmenter les performances de glisse des snowboardeurs, skieurs alpins, de fond ou encore de biathlon, n’est pas sans effet sur la montagne, ni sur la santé…

Le fart, une cire appliquée sous les skis pour augmenter leurs propriétés

Le fart, cette cire appliquée sur la semelle des skis pour réduire la friction avec la neige, et, par extension, pour glisser plus facilement sur les pistes, contient de nombreux produits chimiques dérivés de l’industrie du pétrole. Ces substances, appelées PFAS (per- et polyfluoroalkylées), sont réputées comme persistantes, causant des dommages à la fois écologiques et sanitaires. Parmi les principaux composants des produits de fartage :

  • Paraffine et dérivés d’hydrocarbures : principaux ingrédients des produits de fartage des skis, sélectionnés en fonction de leur point de fusion et de leurs propriétés de glissement.
  • Additifs synthétiques à base de fluor : sulfonates de perfluorooctane (PFOS), acide perfluorooctanoïque (PFOA) et autres substances per/polyfluoroalkylées permettant d’améliorer la glisse, en plus de présenter des propriétés hydrofuges, anti-graisse et anti-salissure.
  • Cires naturelles éventuelles : certains farts peuvent être élaborés à partir de cire d’abeille ou de cire végétale naturelle.
skis fartage produits chimiques fart cire
Crédits : Severin Staubli/iStock

Un danger pour la santé

C’est la marque norvégienne Swix qui serait à l’origine du fart au fluor dans les années 80, l’Italien Paolo Manfredini, aujourd’hui décédé d’un cancer du poumon, étant le premier skieur professionnel à l’utiliser lors du championnat du monde d’Oberstdorf en 1987.

Une récente enquête menée par le journal sportif L’Équipe relaye les propos de plusieurs skieurs professionnels au sujet des dangers du fluor sur le corps et la planète. Parmi eux l’athlète italien Gianluca Marcolini, qui précise qu’à l’époque, les produits de fartage synthétiques étaient au-dessus de tout soupçon :

Personne ne pensait que ces substances pouvaient être dangereuses, tout le monde fartait sans protection, sans masque, et ce pendant au moins dix ans.

Yves Maréchal, ex-entraîneur de biathlon, confirme les dires de son acolyte italien :

Nous appliquions du fluor sous les skis dans une pièce aux fenêtres et volets bien fermés afin que personne ne puisse nous voir. Nous avons eu mal à la tête, il nous est arrivé de sortir de la cabine, couverts de cire, ivres et défoncés.

Le fluor contenu dans le fart serait en effet nocif pour les personnes qui le manipulent sans protection, et tout aussi dangereux pour la planète du fait de sa persistance dans l’environnement.

Les produits de fartage, des poisons pour la montage

Viktoria Müller, chercheuse au James Hutton Institute et co-auteur d’une étude portant sur l’évolution de la neige des stations de ski autrichiennes, indique que la grande majorité des produits de fartage sont susceptibles de se répandre dans l’environnement, et plus particulièrement dans les nappes phréatiques :

Ces substances, aussi appelées « produits chimiques éternels », mettront des centaines d’années à se décomposer.

Suite à ce constat, la Commission Européenne interdit alors l’utilisation de produits de fartage à base de fluor dans les compétitions de ski et de snowboard, toutes épreuves confondues. Mais qu’en est-il des enseignes de location de skis ou encore des particuliers, ignorant certainement que leurs activités déposent des traînées nocives sur la neige au gré de leurs descentes ?

ski de fond pratique neige sport piste fart skis
Crédits : Mikdam/iStock