in

FarFarOut : l’objet connu le plus éloigné du Système solaire

Vue d'artiste de FarFarOut. Crédits : Roberto Molar Candanosa, Scott S. Sheppard / CIS et Brooks Bays / UH

Une équipe d’astronomes vient de confirmer l’existence de l’objet connu le plus éloigné du Système solaire. Il mesure environ 400 kilomètres de diamètre et pourrait compléter un tour du Soleil en plus de 800 ans.

En février 2019 une équipe d’astronomes dirigée par Scott Sheppard, de la Carnegie Institution for Science (États-Unis), annonçait avoir identifié un objet à environ 132 unités astronomiques (UA) du Soleil (une UA équivaut à la distance Terre – Soleil, soit environ 150 millions de km). Si la découverte venait à se confirmer, il pourrait donc s’agir du corps le plus éloigné jamais repéré dans le Système solaire.

Présence confirmée !

Or, c’est désormais chose faite. Nommé au départ « FarFarOut » (très, très loin), il est provisoirement baptisé 2018 AG 37, en attendant le véritable baptême par l’Union astronomique internationale. Ces nouvelles observations ont également permis aux chercheurs de caractériser un peu l’objet. Nous savons désormais qu’il mesure environ quatre cents kilomètres de diamètre.

L’objet se positionne finalement à 101 unités astronomiques du Soleil, soit 101 fois la distance entre la Terre et le Soleil. C’est un peu plus proche que supposé au départ. Il reste toutefois bel et bien l’objet connu le plus éloigné du Système solaire. À titre de comparaison, Pluton se situe à une distance orbitale moyenne d’environ 39 unités astronomiques.

Notez qu’il s’agit ici d’une distance moyenne. Sur son orbite autour du Soleil, très « ovale », l’objet peut s’éloigner jusqu’à 175 unités astronomiques de notre étoile et s’en approcher à 27 unités astronomiques, ce qui le ramène à l’intérieur de l’orbite de Neptune. D’ailleurs, celle-ci pourrait avoir été impliquée dans le « renvoi » de l’objet.

« FarFarOut a probablement été rejeté vers le Système solaire extérieur en se rapprochant trop de Neptune dans un passé lointain« , propose l’astronome Chad Trujillo, de la Northern Arizona University. « Il interagira probablement à nouveau avec Neptune dans le futur puisque leurs orbites se croisent toujours« .

FarFarOut
Vue d’artiste de FarFarOut. Crédits : NOIRLab / NSF / AURA / J. Da Silva

D’autres observations à venir

L’objet reste cependant encore très mystérieux. Et pour cause : il est extrêmement faible et n’a été observé que neuf fois en deux ans. Nous ne savons pas encore par exemple s’il s’agit d’un « simple » très gros objet irrégulier de la ceinture de Kuiper ou s’il pourrait répondre aux critères pour être classé comme une planète naine.

Les astronomes ne sont pas non plus entièrement sûrs de son orbite. Ils suggèrent néanmoins que l’objet pourrait compléter un tour du Soleil en un peu moins de huit cents ans. Des observations supplémentaires seront évidemment nécessaires pour tenter de répondre à ces questions.

« FarFarOut prend vraiment son temps pour faire le tour du Soleil« , poursuit David Tholen de l’Université d’Hawaii à Mānoa. « Il se déplace donc très lentement dans le ciel, ce qui nécessite plusieurs années d’observations pour déterminer précisément sa trajectoire« .

À la base, Sheppard, Tholen et Trujillo travaillent ensemble sur l’étude du Système solaire externe dans l’espoir de pouvoir un jour tomber sur la mystérieuse « planète neuf », un objet gigantesque, mais encore hypothétique, supposé évoluer dans les confins de notre Système. Plus récemment, ces mêmes chercheurs ont également découvert douze lunes supplémentaires en orbite autour de Jupiter, mais aussi vingt autres lunes en orbite autour de Saturne.