in

Faire de mauvais rêves avant votre examen vous aiderait à obtenir de meilleurs résultats

Crédits : simonwijers / Pixabay

Une récente étude fait un parallèle entre les rêves et les examens futurs. En effet, les mauvais rêves concernant votre prochain examen seraient plutôt positifs pour la suite des événements.

Des étudiants en médecine se sont prêtés au jeu d’une étude dont les résultats sont plutôt intéressants. Les étudiants qui faisaient de mauvais rêves à propos d’un examen se déroulant le lendemain l’ont mieux réussi que ceux qui n’en ont pas fait. Les résultats soutiennent la Théorie de la Simulation de la Menace.

Le rêve est un système naturel de « réalité virtuelle » produit par le cerveau. Le système de simulation sert à nous apprendre à survivre, pour nous entraîner à réagir aux situations dangereuses du quotidien et nous prépare à de réelles menaces.

L’étude nous permet d’apprendre quatre points essentiels. D’abord, que plus de 60 % des étudiants en médecine rêvent d’un examen avant l’examen. Deuxièmement, leurs mauvais rêves mettent principalement en cause l’échec, le retard ou une incapacité à répondre aux question. Ensuite, les résultats montre que le rêve d’un examen prédit souvent une meilleure performance à l’examen réel. Enfin, que la dramatisation des préoccupations au cours de rêves peut donc former le cerveau selon la théorie de la simulation de la menace

Isabelle Arnulf de l’Université Paris-Sorbonne qui a dirigé l’étude nous fait part de ses conclusions :

« Nous avons vérifié si les rêves peuvent anticiper un examen stressant et comment l’échec/la réussite dans les rêves affecte les performances lors de la journée suivante. Nous avons recueilli des informations sur les rêves des élèves au cours de la nuit précédant l’examen d’entrée à l’école de médecine. Les caractéristiques démographiques, académiques, du sommeil et des rêves ont été comparées aux notes des étudiants à l’examen. Parmi les 719 répondants au questionnaire (sur 2324 étudiants au total), 60,4 % rêvaient de l’examen au cours de la nuit précédente. Des problèmes avec l’examen sont apparus dans 78 % des rêves et impliquaient principalement le retard et l’oubli des réponses. Signaler un rêve à propos de l’examen dans la nuit précédant celui-ci était associée à une meilleure performance à l’examen. La fréquence des rêves concernant l’examen au cours de la première période prédit une performance proportionnellement plus élevée à l’examen. Ces résultats suggèrent que l’anticipation négative d’un événement stressant dans les rêves est commune et que cette simulation épisodique apporte un gain cognitif. »

Les données récoltées montrent bien que les mauvais rêves ont un impact sur les résultats d’examen. Les étudiants les plus préoccupés durant leur nuit réussissent le mieux qu’habituellement. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire la veille d’un examen !

Source : Gurumed, Consciousness and Cognition