in ,

Faire l’amour avant le sport pourrait finalement être une bonne idée !

Crédits : FlickR/kain

Même le célèbre boxeur Mohammed Ali se l’était interdit : pas de sexe avant l’entrainement ou un combat ! Selon lui et bien d’autres sportifs, cela nuirait fortement aux performances. Mais pour une nouvelle étude, ces affirmations relèvent du mythe, mais en quoi sont-elles erronées ?

Il s’avère que même à l’époque de la Rome Antique, il était souvent considéré qu’avoir des rapports sexuels avant une séance de sport ou une compétition ne pouvait que réduire les performances. Par exemple, il était pensé à l’époque que la frustration sexuelle chez les gladiateurs les rendait plus agressifs et sanguinaires et que cela se ressentait dans le spectacle produit dans les arènes.

L’idée fait partie depuis longtemps de la pensée collective, au point d’être inscrite dans les mœurs. Néanmoins, une nouvelle étude publiée dans la revue Frontiers in Physiology le 21 juin 2016 soutient que rien n’a jamais prouvé que ces affirmations étaient justes. Les seuls éléments allant dans le sens que le sexe nuit au sport n’étaient que de simples anecdotes, concernant d’ailleurs plus les hommes que les femmes, en somme insuffisante pour avoir une quelconque valeur.

Selon les chercheurs provenant d’Italie, de Croatie ou encore du Royaume-Uni, ce serait même l’inverse : les athlètes ayant un rapport sexuel avant une compétition deviendraient plus calmes et seraient plus à même d’atteindre un niveau concentration leur permettant justement d’augmenter leurs performances.

Ces éléments sont prendre avec des pincettes tout de même. En effet, l’étude ne cache pas sa prudence et affirme que pour être bénéfique avant une pratique sportive, l’acte sexuel ne doit absolument pas se produire moins de deux heures avant. La dépense d’énergie causée par le rapport sexuel n’est pas la même pour tout le monde et l’athlète pourrait accumuler une fatigue qui serait donc incompatible avec le sport.

Il faut également rappeler que l’orgasme sexuel enclenche une sécrétion importante d’endorphine dans le cerveau. Cela a des effets plutôt pervers, surtout chez l’homme, qui a tendance à ensuite vouloir s’endormir. Il serait effectivement dommage de bâiller en pleine compétition !

Le mois dernier, la chaine Youtube String Theory (partenaire du Huffington Post) avait produit une vidéo expliquant que le sport dopait le sexe. Ainsi, dans un sens comme dans l’autre, ces deux pratiques seraient complémentaires !

Sources : UberGizmoHuffington Post