in

Faire des câlins à bébé pour une meilleure empathie à l’âge adulte !

Crédits : Marko Milivojevic / Pixnio

Une étude sur deux décennies a permis de conclure que les câlins ont réellement des pouvoirs. Les contacts directs entre les corps de la mère et de l’enfant – peau contre peau – favoriseraient le développement d’une meilleure empathie à l’âge adulte.

Des câlins pour une bonne “synchronisation sociale”

Selon une étude israélienne publiée dans la revue PNAS le 22 février 2021, câliner son enfant fera de ce dernier un adulte plus empathique. Durant pas moins d’une vingtaine d’années, les scientifiques ont suivi une centaine de personnes. Ce suivi a débuté à la naissance de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Ainsi, ils ont pu mesurer les effets qu’ont pu avoir les câlins sur les enfants dès le début de leur existence. Évoquons également le fait que les chercheurs ont précisé que les enfants en question vivaient dans des familles biparentales dont les revenus étaient au-dessus du seuil de pauvreté.

Afin de mesurer les effets des contacts physiques mère-enfant, les meneurs de l’étude ont divisé les volontaires en trois groupes distincts. Dans le premier groupe, nous retrouvons des bébés nés à terme, en bonne santé et ayant eu de nombreux contacts physiques avec leur mère. Le second groupe concernait des bébés prématurés ayant fait l’objet d’une incubation et n’ayant eu aucun contact avec leur mère durant au moins deux semaines. Enfin, le troisième groupe réunissait des naissances prématurées plus stables. Dans ce dernier groupe, les mères ont eu un contact de peau à peau durant au moins une heure chaque jour pendant deux semaines.

calins bébé maman
Crédits : PxHere

Selon les chercheurs, les résultats ont montré que les contacts entre les mères et leur bébé ont permis une synchronisation sociale. Or, cette synchronisation s’est poursuivie tout au long du développement, de la petite enfance à l’âge adulte. Par ailleurs, les meneurs de l’étude ont également observé l’activation de deux zones du cerveau en particulier.

De premières synchronisations sociales très tôt

L’amygdale (ou complexe amygdalien) est un noyau pair situé dans la région antéro-interne du lobe temporal. Celle-ci est impliquée dans la reconnaissance et l’évaluation de la valence émotionnelle des stimuli sensoriels. Il s’agit ni plus ni moins que du centre d’identification non consciente des émotions. Évoquons également l’insula (ou cortex insulaire), un des deux lobes du cerveau situés en position interne et faisant partie du cortex cérébral. Il s’agit de la zone où les individus intègrent les signaux de leur propre corps avec les signaux de l’état émotionnel des autres.

Les scientifiques ont expliqué que les premières synchronisations sociales commencent dès l’âge de trois mois et se poursuivent durant toute la vie. Évidemment, ceci suggère l’extrême importance d’avoir des parents aimants et réconfortants. Enfin, l’étude concernait seulement la relation mère-enfant mais les chercheurs ont indiqué que les pères prenant soin de leur enfant pourraient également générer des effets positifs sur leur empathie future.