in ,

Faire ses besoins en combinaison, la Nasa sollicite les internautes pour une meilleure alternative

Crédits : Pixabay

Dans diverses situations, les astronautes doivent rester dans leur combinaison pendant de nombreuses heures. Ainsi, pour satisfaire leurs besoins, ceux-ci doivent porter des couches. Pour trouver une meilleure alternative à ce problème, la Nasa en appelle aux internautes par le biais d’un concours.

Le « Space Poop Challenge » n’est pas le nouveau défi à la mode sur les réseaux sociaux, mais bien un concours tout à fait sérieux lancé par l’agence spatiale américaine (la Nasa). Sur le site HeroX, l’agence propose en effet aux participants de soumettre leurs idées quant à un nouveau système de gestion des besoins naturels dans diverses situations et pour les futures missions spatiales qui nécessiteront de porter une combinaison pendant de longues heures. Il reste 28 jours pour soumettre ses idées et le gagnant du concours recevra une prime de 30 000 dollars.

Les astronautes ne doivent pas porter leur combinaison spatiale en permanence, mais certaines situations l’obligent parfois pendant de longues heures comme en phase de lancement depuis la Terre, de retour sur Terre, de sorties dans l’espace ou encore en cas d’incident. Nous avons pu suivre le départ du spationaute français Thomas Pesquet pour rejoindre l’ISS et constater que ses collègues et lui ont dû patienter 48 heures dans leur combinaison avant de rejoindre la Station.

Jusque-là, il fallait porter des couches dans ces situations, ce qui pose des problèmes d’hygiène si elles sont portées pendant plus de 24 heures. Ici, la Nasa cherche donc une alternative qui serait intégrée à la combinaison. Cette alternative doit être capable de collecter l’urine, la matière fécale et les pertes menstruelles pendant plus de 144 heures, soit six jours. Pourquoi six jours ? En cas de dépressurisation ou autre incident, les membres d’équipage devront rapidement se réfugier dans leur combinaison afin d’effectuer les tâches de réparation qui peuvent durer jusqu’à 144 heures, soit six jours. Autre critère important, l’alternative proposée doit faire en sorte que rien n’entre en contact avec le corps de l’astronaute et que celui-ci garde ses mains libres.

Tout le monde peut participer à ce concours qui ne nécessite pas de diplôme particulier. Les solutions proposées doivent permettre de collecter 1 litre d’urine par jour, 75 grammes de matière fécale et jusqu’à 80 ml de pertes menstruelles, tout cela par jour pendant six jours et par membre d’équipage.

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi