in

L’explosion d’une étoile à l’origine d’une extinction massive sur Terre ?

Crédits : Mark Garlick / Université de Warwick

Il y a 359 millions d’années, l’explosion d’une ou plusieurs étoiles proches en supernova pourrait avoir entraîné l’extinction de plus de 90% de la vie terrestre d’après une étude.

À la fin de la période dévonienne, les mers étaient remplies de créatures énormes, dont certaines avaient la taille d’un autobus scolaire. Puis, un événement particulier est venu tout chambouler. Une baisse dramatique des niveaux d’ozone a mené une vague de froid à s’installer pendant près de 100 000 ans, déclenchant la croissance des glaciers jusqu’aux latitudes tropicales. De ce fait, le niveau de la mer a considérablement baissé. Ainsi, la majeure partie de la vie, concentrée à l’époque dans les habitats peu profonds entourant les principales masses continentales, a été anéantie.

On estime qu’environ 96% des espèces de vertébrés ont disparu au cours de cet épisode. Celles qui ont survécu, les plus petites, se sont alors adaptées à leur nouvel environnement, en réduisant encore davantage leur taille. Les archives fossiles en témoignent : dans les années qui suivirent, la plupart des espèces survivantes mesuraient moins de 40 centimètres de long.

Ceci étant dit, les chercheurs se sont longtemps interrogés sur l’origine de cette extinction. Le volcanisme à grande échelle et le réchauffement climatique peuvent potentiellement détruire la couche d’ozone. Toutefois, rien dans les archives ne laisse à penser que de tels événements se soient produits durant cet intervalle de temps. Et la réponse venait du ciel ?

L’hypothèse de la supernova

Dirigés par Brian Fields, des chercheurs de l’Université de l’Illinois explorent en effet la possibilité qu’un objet astrophysique puisse être responsable de l’appauvrissement de la couche d’ozone enregistré à cette époque. Les impacts de météorites, éruptions solaires et autres sursauts gamma ont notamment été considérés. Toutefois, les chercheurs indiquent que ces événements sont trop éphémères pour en être à l’origine. Selon eux, l’idée d’une explosion de supernova, à environ 65 années-lumière de la Terre, serait beaucoup plus cohérente.

Une supernova aurait d’après eux immédiatement baigné la Terre de rayons UV, X et gamma dommageables. Dans un second temps, les rayons cosmiques accélérés par la supernova auraient soumis notre planète à une irradiation de longue durée, endommageant finalement la couche d’ozone pendant au moins 100 000 ans.

supernova extinction
Crédits : Pixabay / WikiImages

Attaques multiples

Cependant, cette explosion pourrait ne pas être unique. En effet, les preuves fossiles montrent que la biodiversité terrestre a commencé à décliner dès 300 000 ans avant l’extinction de masse du Dévonien-Carbonifère. Ainsi, la vie pourrait avoir essuyé de nombreuses attaques venues du ciel, bien avant que la Terre ne se transforme en une gigantesque boule de glace.

« C’est tout à fait possible« , assure Jesse Miller, coauteur de l’étude. « Les étoiles massives se produisent généralement en amas avec d’autres étoiles massives, et d’autres supernovae sont susceptibles de se produire peu après la première explosion« .

Ce n’est pour le moment qu’une hypothèse, mais c’est ainsi que la science avance. Le fait d’isoler des isotopes radioactifs de plutonium-244 et de samarium-146 dans les roches et fossiles déposés au moment de l’extinction pourrait le prouver. En effet, aucun de ces isotopes ne se produit naturellement sur Terre aujourd’hui. En outre, ils se désintègrent rapidement. Le fait d’en retrouver impliquerait donc une origine cosmique assez récente.