in

Exploration lunaire : la NASA présente les “accords Artemis”

Image conceptuelle d'un astronaute Artemis marchant sur la surface lunaire. Crédits : NASA

Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, vient officiellement d’annoncer la mise en place des accords Artemis. le but : garantir un avenir “sûr, prospère et pacifique” dans l’espace.

Comme vous le savez, la NASA souhaite envoyer le prochain homme et la première femme sur la Lune dès 2024 dans le cadre de son programme Artemis. Mais on ne parle plus ici d’un “one shot”. L’agence américaine souhaite en effet établir, dès 2028, une présence humaine durable sur et autour de notre satellite. Et depuis le départ, la NASA affirme qu’une collaboration internationale sera la clé de cette ambition.

Les accords Artemis

Dans quelques années, plusieurs acteurs se partageront ainsi la scène lunaire, d’où la nécessité de mettre en place des “règles de bonne conduite”. Dans cet esprit, l’agence américaine a dévoilé il y a quelques jours les “accords Artemis”, énumérant certains principes fondamentaux auxquels la NASA et ses partenaires devront se plier.

Les agences spatiales internationales qui rejoignent la NASA dans le cadre du programme Artemis le feront en exécutant ces accords bilatéraux – qui décriront une vision commune des principes, ancrés dans le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967 – pour créer un environnement sûr et transparent facilitant l’exploration, la science et les activités commerciales dont toute l’humanité pourra profiter“, peut-on lire dans un communiqué.

artemis nasa
Crédits : NASA

Garantir un avenir sûr, pacifique et prospère

Peu de détails juridiques inhérents à ces accords ont été partagés. Certains “principes de base” ont néanmoins fait l’objet d’une publication.

Un aperçu en ligne exposant les principaux points de ces nouveaux accords évoque notamment l’utilisation de “zones de sécurité” sur la Lune, visant à réduire les interférences ou les conflits entre les opérations rivales. Tous les acteurs concernés devront également garantir que toutes leurs activités seront “menées à des fins pacifiques“.

Le principe de transparence devra également être respecté. Autrement dit, toutes les agences ou entreprises privées concernées devront “divulguer publiquement leurs plans et politiques d’exploration et rendre leurs données scientifiques disponibles“.

En accord avec le Traité sur l’espace extra-atmosphérique (OST), le document fondateur du droit international de l’espace, toutes les nations investies devront également fournir une assistance d’urgence à tous les astronautes en détresse.

Enfin, les signataires des accords Artemis s’engageront également, entre autres, à protéger les sites lunaires, et à limiter autant que faire se peut le nombre de débris sur le sol et en orbite.

Source