in

Un navire clôture une expédition historique dans l’Arctique, et les nouvelles ne sont pas bonnes

Crédits : Institut Alfred-Wegener / Steffen Graupner

Le navire de recherche allemand Polarstern vient de clôturer l’une des plus importantes expéditions jamais entreprises dans l’océan Arctique. Cette mission aura permis aux scientifiques de recueillir des informations vitales sur les effets du réchauffement climatique dans la région.

Le navire Polarstern est rentré au port de Bremerhaven après 389 jours passés à dériver dans l’Arctique, moteurs éteints. Au cours de cette expédition, l’équipe du professeur Markus Rex, de l’Institut Alfred Wegener, a étudié le climat de la région et son impact sur la glace de mer. Ils reviennent aujourd’hui avec un sombre avertissement.

La région est en danger. Nous avons pu voir comment la glace disparaît et, dans les zones où il aurait dû y en avoir plusieurs mètres d’épaisseur, cette glace avait disparu“, a déclaré Markus Rex lors d’une conférence de presse tenue à Bremerhaven ce lundi.

Une expédition historique en Arctique

Dériver une année durant à travers l’océan Arctique : tel était le défi auquel devait se confronter l’expédition polaire internationale Mosaic (pour “Observatoire dérivant multidisciplinaire pour l’étude du climat arctique”). Dans cet esprit, le 20 septembre 2019, le navire de recherche allemand Polarstern quittait le port de Tromsø (Norvège), direction le Grand Nord. À son bord, des chercheurs se relayeront alors pour tenter de “comprendre” la région Arctique, durement touchée par le réchauffement climatique.

Ce projet Mosaic s’inspire de l’expérience de l’explorateur norvégien Fridtjof Nansen qui entreprit un voyage similaire il y a plus de 125 ans.

Quelque 300 chercheurs se sont finalement succédé à bord du navire pendant une année, déployant plusieurs stations de mesure sur la banquise environnante. Composition de l’atmosphère, comportement du plancton ou encore fonte de la banquise, tout a été passé au crible pour tenter d’élucider le mystère du climat du Grand Nord, considéré comme l’une des régions les plus inhospitalières de la planète.

Au cours de l’expédition, le navire allemand a en effet zigzagué à travers 3 400 kilomètres de glace le long d’une route entraînée par le vent glacial et la dérive transpolaire, un courant s’écoulant d’est en ouest dans l’océan Arctique. L’équipage a connu de longs mois d’obscurité totale et des températures aussi basses que -39,5°C.

Les chercheurs ont également essuyé la visite d’une soixantaine d’ours polaires. Un coup de feu a même dû être tiré pour éloigner l’un d’eux qui s’approchait un peu trop près de l’embarcation.

arctique
Crédits : Stefan hendricks
ours polaire arctique
Crédits : Esther Horvath

C’est comme si on avions étudié le fonctionnement interne d’une horloge complexe”

Malgré la situation environnementale, le projet MOSAiC est un énorme succès. Les chercheurs ont en effet pu effectuer leurs mesures et les analyser tout en relevant les défis logistiques inhérents cette mission d’envergure.

La masse de données et d’échantillons actuellement en possession des chercheurs rendra la modélisation qu’ils utilisent pour projeter le changement climatique futur beaucoup plus robuste, d’après Markus Rex. “C’est comme si on avions étudié le fonctionnement interne d’une horloge complexe. Nous avons examiné tous les différents éléments, jusqu’aux différentes vis de ce système arctique. Aujourd’hui, nous comprenons mieux que jamais ces mouvements d’horlogerie, a-t-il déclaré.

Le chef de mission a également déclaré que lui et ses équipes avaient été témoins d’un lieu d’une “beauté fascinante et unique” et que nous devions aujourd’hui “tout mettre en oeuvre pour préserver ce monde“.