in

Une exoplanète très massive découverte dans le renflement de la Voie Lactée

Crédits : Pixabay

S’appuyant sur les observations du télescope spatial Spitzer de la NASA, une équipe d’astronomes rapporte la découverte d’une exoplanète extrêmement massive encerclant une étoile située dans le renflement de la Voie lactée.

En astrophysique, une microlentille gravitationnelle est une technique utilisée pour détecter des corps célestes en utilisant l’effet de la lentille gravitationnelle. Celle-ci permet de détecter des objets lumineux qui émettent beaucoup de lumière (comme les étoiles) ou des objets étendus qui bloquent la lumière de fond (nuages de gaz ou de poussière). La microlentille, elle, permet d’étudier les objets qui n’émettent que peu ou pas de lumière, en utilisant des étoiles de fond comme « lampes de poche ». La planète nouvellement découverte, désignée OGLE-2016-BLG-1190Lb, est par ailleurs la première exoplanète à être détectée par Spitzer dans le bulbe galactique grâce au phénomène de microlentille. La découverte a été présentée le 27 octobre dans un article publié sur arXiv.org.

Les premières estimations suggèrent que OGLE-2016-BLG-1190Lb, qui orbite autour de l’étoile naine OGLE -2016— BLG-1190L, découverte en 2016, semble être une planète extrêmement massive avec une masse d’environ 13,4 masses de Jupiter. Une telle masse place l’objet à la limite de combustion du deutérium — cette limite conventionnelle qui sépare les planètes et les naines brunes (ou étoiles ratées). Par conséquent, les chercheurs n’excluent pas la possibilité que la planète nouvellement découverte puisse être une naine brune de faible masse. OGLE-2016-BLG-1190Lb tourne autour de son étoile parentale tous les trois ans à une distance d’environ 2 UA (une UA équivaut à la distance Terre-Soleil, soit approximativement 150 millions de kilomètres). Son hôte est une étoile « naine jaune » d’environ 0,89 masse solaire. Vous retrouverez tout ce beau monde autour de 22 000 années-lumière de la Terre.

Rappelons que le rôle « de base » de Spitzer, dont la mission s’est terminée en 2009, était principalement d’observer la création de l’Univers, la formation et l’évolution des galaxies primitives, la genèse des étoiles et des planètes et, l’évolution de la composition chimique de l’Univers, qui sont des phénomènes principalement visibles dans l’infrarouge. Il aura notamment permis d’observer le processus de formation des planètes : la dissolution du disque de poussière et de gaz et sa concentration aboutissant à la formation des planètes, ou encore l’apparition de galaxies très lointaines, apparues il y a un peu plus d’un milliard d’années après le Big Bang.

Source