in

Une étude dévoile 4 exercices de langue pour lutter contre les ronflements

Crédits : Clker-Free-Vector-Images / Pixabay

Une étude vient de révéler que certains exercices de la bouche et de la langue permettent de réduire l’intensité des ronflements de 59 % et sa fréquence de 36 %.

Le ronflement est un problème qui touche un Français sur 4. À partir de 40 ans, ce sont 60 % des hommes et 40 % des femmes qui sont touchés. Aujourd’hui, de nombreux traitements sont mis sur le marché, mais aucun d’entre eux ne s’est révélé réellement efficace.

Dans une étude, publiée le 7 mai dans la revue Chest, les auteurs décrivent 4 exercices simples et accessibles à tous, permettant de réduire les ronflements :

  1. Poussez la pointe de la langue contre vos incisives supérieures, puis faites la coulisser vers l’arrière du palais ;
  2. Poussez la langue à plat contre le palais en appuyant bien ;
  3. Forcez l’arrière de la langue à se placer contre la partie inférieure de la bouche, en gardant le bout en contact avec les incisives inférieures ;
  4. Poussez l’arrière de la langue vers le fond du palais et répétez la voyelle « A » plusieurs fois de suite.

D’après les conclusions de l’étude, « les exercices oropharyngés sont efficaces pour réduire de façon objective le ronflement mesuré et constituent un traitement potentiel pour une large population souffrant de ronflement ».

Un phénomène qui doit être pris au sérieux

Les ronflements sont dus à une vibration des tissus du fond de la bouche qui se sont accolés par manque de place pendant notre sommeil. Cette vibration est favorisée par la fatigue, la prise d’alcool, le tabagisme, certains médicaments, mais aussi l’obésité. En effet, ce phénomène gênant intervient sous 3 conditions :

— lorsque l’on dort sur le dos ;

— lorsque le voile du palais ou de la luette est anormalement grand, ce qui arrive quand on fume ou que l’on consomme trop d’alcool ;

— lorsque la gorge se rétrécit trop : surpoids, rhinite, etc.

Souvent, les ronfleurs ne se rendent pas compte que leur problème doit être pris au sérieux, car ils n’ont généralement aucun souvenir de ce phénomène à leur réveil. Or, il est important de détecter les ronflements responsables de l’apnée du sommeil, car ce trouble peut être à l’origine de maladies cardio-vasculaires. Un enregistrement sonore, voire vidéo, peut permettre une prise de conscience d’un proche si l’on s’aperçoit que ses ronflements deviennent inquiétants.

Source : Futura-Sciences