in

L’excès de sucre dans l’alimentation favorise le déséquilibre du microbiote intestinal

Crédits : Luis Echeverri Urrea / iStock

Selon une étude américaine récente, le sucre altère le microbiote, ce qui peut avoir pour conséquence l’apparition de maladies métaboliques. Le fait est que le microbiote intestinal est essentiel dans la prévention de maladies telles que le diabète et l’obésité, entre autres.

Les effets d’un régime hypercalorique sur le microbiote

Ce n’est pas une nouveauté, le régime alimentaire de type occidental – souvent riche en graisses et en sucres – peut être à l’origine du développement de maladies telles que le diabète de type 2, l’obésité ou encore le syndrome métabolique. Toutefois, les mécanismes qui entrent en compte ainsi que la manière dont le microbiote intestinal peut jouer un rôle régulateur sont encore mal compris.

Des immunologistes et biologistes de la Columbia University (États-Unis) ont publié une étude traitant de ce sujet dans la revue Cell le 15 septembre 2022. Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont étudié les effets d’un régime hypercalorique sur le microbiote intestinal de la souris. Selon les résultats, les animaux ont développé un syndrome métabolique après seulement quatre semaines de régime.

Par ailleurs, les souris ont fait l’objet d’une altération de leur microbiote. Plus précisément, il est ici question d’une importante diminution du nombre de bactéries dites « filamenteuses ». Or, ces bactéries jouent un rôle important dans l’induction post-natale de la réponse immunitaire intestinale.

bactéries microbiote intestinal
Crédits : Dr_Microbe / iStock

Des cellules ayant un rôle essentiel

D’autres tests ont montré que les cellules immunitaires Th17, que génèrent les bactéries filamenteuses, protègent l’intestin des maladies métaboliques. En effet, celles-ci régulent l’assimilation des lipides. Malheureusement, l’excès de sucre élimine les bactéries filamenteuses et donc ces précieuses cellules Th17.

« Lorsque nous avons donné à des souris un régime sans sucre et riche en graisses, elles ont conservé les cellules Th17 intestinales et ont été complètement protégées contre le développement de l’obésité et du pré-diabète, alors qu’elles mangeaient le même nombre de calories […] Ces cellules immunitaires produisent des molécules qui ralentissent l’absorption des ‘mauvais’ lipides de l’intestin et diminuent l’inflammation intestinale. En d’autres termes, ils maintiennent l’intestin en bonne santé et protègent le corps contre l’absorption des lipides pathogènes » a déclaré dans un communiqué Ivalyo Ivanov, l’un des auteurs de l’étude.

Enfin, les scientifiques ont expliqué que le régime alimentaire est bien évidemment très important, mais que la véritable protection provient des cellules Th17. Or, lorsque les bactéries filamenteuses ne sont plus présentes, supprimer le sucre du régime alimentaire n’a pas vraiment d’effet positif. Ainsi, les chercheurs pensent que les personnes qui suivent un régime diététique devraient peut-être prendre des probiotiques en complément.