in

Évitez à tout prix l’exposition aux écrans des enfants de moins de trois ans alerte un psychiatre  !

Crédits : PxHere

Nous le savons, l’exposition aux écrans occasionne notamment des fatigues chroniques concernant nos yeux. Récemment, un psychiatre français est allé bien plus loin en soulignant le fait que les écrans étaient mauvais pour le développement cérébral et l’empathie des enfants, surtout ceux âgés de moins de trois ans.

Dans un article du quotidien Le Point publié le 23 janvier 2018, nous apprenions que les écrans sont devenus la première occupation des enfants et adolescents avant l’école, et que de nombreux scientifiques et professionnels de la santé tentaient l’alerter sur cette situation.

Citons par exemple l’étude parue dans la revue Scientific Reports en avril 2017, dans laquelle il a été dit que les enfants en bas âge (de 6 à 36 mois) exposés aux écrans en fin de journée voyaient leur sommeil perturbé. En effet, ceux-ci ont une durée de sommeil plus courte à cause de la lumière bleue émise par les smartphones et tablettes. Comme il a déjà été démontré plusieurs fois, cette lumière perturbe la synthèse de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Récemment interrogé par France Culture, le psychiatre français Boris Cyrulnik a donné son avis sur la question, et l’intéressé n’a mâché pas ses mots :

« Pas d’écran du tout avant trois ans. Les enfants sont hypnotisés par un smartphone et ils sont addicts en quelques jours. Ils deviennent addicts au smartphone qui les hypnotise, qui altère leur développement cérébral.

Un smartphone ou un écran n’établit pas d’interaction. Mon écran d’ordinateur ne m’a jamais souri. Or, un enfant ou un bébé a besoin de sentir l’autre. Il a besoin d’apprendre à décoder ces gestes, ces mimiques, pour se synchroniser avec l’autre.

S’il y a trop d’écrans, il n’apprend pas les interactions, il a un trouble de l’empathie donc il est soumis à ses pulsions. Comme on le voit aujourd’hui chez beaucoup d’adolescents, garçons et filles, qui ne contrôlent pas leurs émotions et qui passent à l’acte ou bien contre eux-mêmes ou bien contre les autres. »

Voici un extrait de l’émission de France Culture :

Source

Notez cet article