in

L’Europe veut concurrencer SpaceX avec un lanceur réutilisable

Crédits : Ben Cooper/Flickr

Le ministre de l’Économie française Bruno Le Maire vient d’annoncer qu’ArianeGroup va investir pour développer de petites fusées réutilisables. L’objectif sera de concurrencer SpaceX, pionnière dans ce domaine.

Les véhicules européens Ariane jouaient autrefois un rôle dominant dans le lancement de satellites géostationnaires. Ils sont néanmoins désormais relayés au second plan à cause de mauvaises décisions stratégiques et d’une montée en puissance toujours plus marquée de nouveaux concurrents outre-Atlantique.

Sur le Vieux continent, il était temps de réagir. Il y a quelques mois, l’Union européenne visait en effet une stratégie spatiale plus agressive, appelant à une alliance permettant un accès autonome à l’espace pour l’Europe au cours de la prochaine décennie. Les ministres français et italien appelaient à une réponse « technologique et industrielle » significative à l’essor de SpaceX. Cette réponse, la voici : ArianeGroup se lance à son tour sur le marché des fusées réutilisables.

Un lanceur en 2026

En visite à Vernon en Normandie sur le site d’Ariane, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a en effet annoncé que la compagnie européenne allait développer son propre mini-lanceur pour concurrencer l’américain. Ce dernier devrait pouvoir être opérationnel en 2026.

L’Europe a « manqué le virage du lanceur réutilisable, nous n’y avons pas cru, nous avons pris du retard par rapport à nos partenaires américains qui ont développé SpaceX et Falcon 9, et ce retard il faut le rattraper« , a concédé Bruno Le Maire, promettant au passage d’augmenter les effectifs du site de Vernon.

Les salariés de l’entreprise avaient récemment exprimé leurs craintes sur l’activité et l’avenir même du site en raison du transfert d’une partie de la production des moteurs Vinci, l’un de ceux qui équiperont le lanceur Ariane 6, en Allemagne.

« Aujourd’hui, il y a un peu plus de 800 emplois sur le site de Vernon, à horizon 2025 il y en aura près de 1 000« , a assuré le ministre de l’Économie. Si le site va effectivement perdre le moteur Vinci, de l’activité sera apportée par les futurs moteurs Prometheus qui équiperont les futurs lanceurs réutilisables. Une partie de la production du futur mini-lanceur réutilisable sera également proposée sur le site. Néanmoins, elle sera en concurrence avec d’autres projets européens, en particulier allemands.

Toujours selon Bruno Le Maire, Vernon sera également le lieu où se développera une production d’hydrogène à partir de sources d’électricité renouvelable.

spacex aria europe fusée réutilisable
Une fusée Falcon 9 décolle de Cap Canaveral (Floride) le mardi 6 octobre 2020. Crédits : SpaceX

Une course perdue d’avance ?

Que l’Europe prenne enfin des initiatives dans ce domaine est tout à fait louable. Reste à savoir si cette ambition sera suffisante. Les lanceurs Ariane 6 (lanceur moyen) et Vega-C (lanceur léger), qui représentent la prochaine génération de fusées européennes, vont en effet déjà devoir jouer des coudes pour se faire une place sur leurs marchés respectifs.

D’un côté, Ariane 6 devra se confronter, entre autres lanceurs, à la Falcon 9 et au Falcon Heavy de SpaceX. Lz Vega-C sera quant à elle également menacée par la Falcon 9, mais aussi par la fusée Électron de Rocket Lab, spécialisée dans l’envoi de petites charges utiles dans l’espace. Issus d’une génération antérieure de boosters, ces deux lanceurs devraient faire leurs débuts dans les douze à dix-huit prochains mois.