in

Europa Clipper devait s’écraser sur Jupiter. Finalement, elle visera une autre cible

Crédits : Nasa

La sonde Europa Clipper, qui prévoit d’étudier la lune jovienne Europe, susceptible d’abriter la vie, devait initialement finir ses jours dans les entrailles de Jupiter. Pour des raisons d’économie de carburant, les responsables de missions visent désormais Ganymède ou Callisto.

Changement de cible

Nous savons qu’Europe, la lune de Jupiter, abrite un énorme océan global souterrain sous sa coquille de glace. Cette eau est-elle capable de soutenir la vie telle que nous la connaissons ? Pour tenter de le déterminer, la NASA prépare la mission Europa Clipper. Son lancement est prévu pour 2024 à bord d’une fusée SpaceX. Elle doit arriver sur place avant la fin de la décennie.

Une fois dans le système jovien, la sonde effectuera plusieurs dizaines de survols d’Europe à basse altitude. Pendant ce temps, ses instruments recueilleront de multiples données. Ces dernières permettront d’évaluer la profondeur et la salinité de l’océan ou encore l’épaisseur de la croûte de glace.

Pour des raisons évidentes, les missions dans l’espace lointain, comme c’est le cas ici, sont généralement des voyages à sens unique. Ainsi, après avoir enquêté sur l’habitabilité potentielle de la lune, Europa Clipper devra se crasher. Initialement, il était prévu que la sonde termine sa route en s’enfonçant dans l’atmosphère de Jupiter. Finalement, le vaisseau pourrait maintenant s’écraser sur Ganymède ou Callisto, deux des lunes galiléennes de Jupiter.

Cette nouvelle cible d’élimination permettrait à la NASA d’économiser du propulseur. D’autres mesures d’économie budgétaire ont également été prises lors de la conception la plus récente de la chronologie d’Europa Clipper. Par exemple, la sonde ne fera plus cinquante-trois survols de la lune Europe, mais quarante-trois.

Europe satellite
Les deux faces d’Europe. Crédits : NASA/JPL-Caltech/DLR

La piste Ganymède privilégiée

Parmi ces deux lunes, Ganymède (la plus grande lune du Système solaire) sera la cible privilégiée. Les chercheurs évoquent ici des implications scientifiques potentielles. En effet, l’agence spatiale européenne prépare elle aussi une mission dans le même secteur, baptisée Jupiter Icy Moons Explorer (ou JUICE). Son lancement est prévu en 2023. La mission étudiera les trois lunes galiléennes glacées, mais principalement Ganymède. Si la mission est toujours en orbite autour de la lune au moment de l’élimination de Clipper, alors il pourrait être possible pour ses instruments de surveiller cet impact pour en apprendre davantage sur les propriétés de Ganymède.

Rappelons qu’Europa Clipper ne sera pas le premier vaisseau du système jovien à être intentionnellement détruit à la fin de sa mission. En 2003, le vaisseau Galileo avait lui été chargé de plonger dans l’atmosphère de Jupiter pour éviter tout risque de contamination d’Europe qui, on le rappelle, pourrait avoir les bonnes conditions pour soutenir la vie. C’est également le cas pour Europa Clipper. Son crash intentionnel sur Ganymède ou Callisto est destiné à protéger Europe.

À noter que comme Europe, on pense que Ganymède abrite un océan souterrain, ce qui signifie qu’elle pourrait aussi proposer les ingrédients nécessaires pour soutenir la vie telle que nous la connaissons. Cependant, l’équipe de mission a travaillé avec la division de protection planétaire de la NASA pour déterminer que le risque que le vaisseau contamine ce plan d’eau était minime en raison de l’épaisseur de sa coquille glacée et de la lithosphère de Ganymède.