in

L’IA de Microsoft pronostique une victoire de la France en finale contre le Portugal, mais…

Crédits : iStock

La finale du Championnat d’Europe des nations verra s’affronter la France et le Portugal demain soir, dès 21h. Le géant Microsoft semble déjà connaitre le nom du vainqueur, car ses algorithmes prédictifs donnent la France gagnante haut la main ! 

Microsoft porte un intérêt incommensurable à l’intelligence artificielle, et pour cause, cette technologie prend de plus en plus d’ampleur année après année. Le géant américain se targue d’avoir développé bon nombre d’algorithmes, et certains d’entre eux auraient donc la capacité de prédire le futur.

En réalité, ces programmes ne sont pas capables de divination, mais calculent des probabilités en prenant en compte une multitude de données et de variables et cette nuance s’avère être très importante. De nombreux essais ont été effectués par Microsoft, en donnant des pronostics concernant la dernière compétition organisée par la NCAA, l’association sportive américaine organisant les programmes sportifs de nombreuses grandes écoles et universités aux États-Unis. Les compétitions européennes de football telles que la Ligue des Champions par exemple, ou encore la Ligue 1 française ont été passées au crible.

Microsoft s’est naturellement penché sur le cas de l’Euro 2016. Les internautes peuvent, par le biais d’une simple requête sur le moteur de recherche Bing, suivre les matchs et obtenir les pronostics de ces algorithmes. Et la finale du Championnat d’Europe ne fait pas exception : les calculs des algorithmes donnent la France gagnante à hauteur de 71% !

Capture d’écran 2016-07-09 à 18.21.56
Crédits : Bing

Une IA pas encore fiable

En revanche, ces programmes ne sont pas vraiment fiables, et apportent seulement des tendances, comme le prouve la demi-finale opposant la France à L’Allemagne, pour laquelle la France était donnée perdante in extremis, avec 52% de chance de connaitre la défaite. Finalement, la France l’avait emporté 2 à 0, preuve que les chiffres et les probabilités ne peuvent se substituer à des choses toutes simples comme le hasard, et heureusement !

Sources : FredZoneLe Figaro