in

Les moustaches des otaries seraient aussi efficaces que les doigts humains

Crédits : Vassil / Wikimedia Commons

Des chercheurs britanniques ont dernièrement mené une nouvelle étude au sujet des otaries de Californie. Selon leurs résultats, leurs moustaches leur permettent de réaliser différents mouvements dont le but est de mieux cerner les objets et leur environnement. Or, cette propriété ressemble beaucoup à celle de nos doigts.

Des moustaches très utiles

Bien que les otaries (ou lions de mer) se reposent fréquemment sur la terre ferme, elles passent la majeure partie de leur temps dans l’eau. Elles sont donc parfaitement adaptées à la vie aquatique. Les otaries sont d’ailleurs des prédateurs hors pair, capables de nager à près de 40 km/h pour attraper leurs proies, notamment grâce à l’ergonomie de leur corps.

Toutefois, ces animaux sont aussi redoutables grâce à une vue et une ouïe très efficaces. Elles ont également des vibrisses (ou moustaches) très performantes. Ces organes sont d’ailleurs présents chez d’autres mammifères tels que les rats et les chars par exemple. Néanmoins, les plus longues moustaches du règne animal sont bien celles des otaries qui frôlent les trente centimètres.

Plusieurs recherches ont démontré que ces animaux étaient capables de toucher des objets avec leurs vibrisses dans le but d’appréhender leur taille, mais également leur forme et leur texture. Par ailleurs, ils sont aussi en capacité de scanner leur environnement et détecter la présence de proies, peu importe que l’eau soit claire ou trouble.

otarie californie 2
Crédits : Howcheng / Wikimedia Commons

Des « mouvements spécifiques à la tâche »

Robyn Grant est chercheuse à la Faculté de science et d’ingénierie de l’Université de Manchester (Royaume-Uni). Depuis plusieurs années, elle se passionne pour les moustaches des pinnipèdes, le micro-ordre regroupant les différentes espèces d’otaries et de phoques. Dans une étude publiée en 2020, la scientifique et son équipe ont établi que les otaries de Californie (Zalophus californianus) réalisaient des mouvements plus précis que les phoques communs (Phoca vitulina) et les morses du Pacifique (Odobenus rosmarus).

Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Experimental Biology le 5 novembre 2021 porte également sur les otaries de Californie. Selon les résultats de ces travaux, cette espèce serait capable de « mouvements spécifiques à la tâche« . Pour les scientifiques, l’animal augmente ses chances de réussite dans la réalisation d’une tâche en adaptant ses mouvements de manière spécifique.

Afin de parvenir à cette conclusion, ils ont réalisé des tests de discrimination à l’aide d’une femelle otarie. Or, l’animal n’a eu aucun mal à différencier des objets de taille et de texture différentes, et ce, en très peu de temps. L’otarie avait pourtant les yeux masqués et pouvait donc seulement utiliser ses moustaches. Différents mouvements ont ainsi été observés : l’animal balayait les objets avec ses vibrisses pour appréhender leur texture et tâtait leurs contours pour évaluer leur forme et leur taille.