in

Savons-nous interpréter l’attitude du chien par ses grognements ?

Crédits : smerikal Flickr

Une étude réalisée par la Eötvös Loránd University, en Hongrie, a voulu expérimenter comment les êtres humains interprètent les divers grognements de chien. Publiée dans une revue du Royal Society Open Science, l’expérience rapporte comment des volontaires ont pu interpréter des bandes enregistrées de grognements de chien et les associer à des comportements, l’objectif étant de savoir si les émotions dégagées par le chien influencent notre interprétation de leur humeur.

Le chien accompagne et vit avec l’Homme depuis 400 000 ans. Depuis tout ce temps, l’être humain a-t-il appris à comprendre tous les comportements de l’animal ? Le chien n’a-t-il plus aucun secret pour nous ? C’est ce qu’a voulu chercher le groupe de chercheurs hongrois en étudiant les grognements de canidés et leur interprétation faite par des volontaires.

Généralement, le grognement est un comportement qui traduit une agressivité, une défense et dans d’autres cas plus minoritaires une attitude de jeu et d’amusement. Pour obtenir des interprétations sur les différents comportements, les chercheurs ont enregistré des grognements émis dans le cadre d’activités différentes : rencontre d’un étranger ou d’un autre chien, défense de nourriture et jeu. Les enregistrements ont ensuite été joués individuellement pour que les volontaires aient à associer le grognement avec l’une des 3 activités précédentes.

Les 40 bénévoles avaient à écouter 18 enregistrements de grognements de chien et devaient associer un enregistrement à la situation adéquate. Les résultats montrent que dans l’ensemble, les bénévoles ont réussi à associer le grognement au bon comportement dans 63 % des cas, ce qui est un bon résultat d’après les chercheurs. On remarque aussi que les femmes devinaient mieux que les hommes le comportement du chien avec 65 % de réussite pour les femmes contre 45 % pour les hommes. Il a aussi été constaté que les personnes qui possèdent un chien ou qui travaillent avec lisent mieux les comportements du chien que ceux qui n’en possèdent pas (60 % contre 40 % de bonnes réponses). Les bénévoles ont trouvé facile de reconnaître les grognements associés au jeu, mais en revanche complexe de distinguer les grondements émis entre la défense de nourriture et la présence d’un autre chien.

Les expressions vocales d’émotions forment un moyen de communication transespèces pour qu’un interlocuteur puisse comprendre les comportements émis par un autre interlocuteur. L’être humain utilise ce schéma de communication pour attribuer des émotions au chien, comprendre son attitude et interagir différemment avec lui, notamment dans une situation où l’animal aboie. En enregistrant des bruitages issus de contextes différents, il apparaît plus facile pour l’être humain de discerner un grognement grâce à son contexte.