in

Étude : l’Homme est l’espèce la plus violente de la planète envers elle-même

En 1917, des soldats austro-hongrois exécutent des Serbes Crédits : Wikimedia

Saviez-vous que le taux de décès d’êtres humains causés par d’autres êtres humains était de 2% ? C’est ce que révèle une récente étude visant à identifier les causes de la violence humaine. L’approche est d’ailleurs très originale puisqu’il s’agit de comparer ces comportements violents avec ceux d’autres espèces animales.

José Maria Gomez Reyes est professeur au département d’écologie de l’Université de Grenade (Espagne). Dans le cadre de ses dernières recherches publiées dans la revue Nature, l’enseignant a tenté de comprendre les causes de la violence chez l’être humain en les comparant aux comportements violents animaux, selon le site Atlantico, qui a réalisé une interview de l’intéressé.

L’enseignant indique que « notre histoire évolutive constitue un élément fondamental pour expliquer la violence chez l’être humain », et qu’il faut donc absolument en tenir compte afin de comprendre la propension humaine à la violence, pourtant doté de raison. Selon lui, les premières sociétés humaines ont été violente de par leur place dans la chaine des mammifères. Ainsi, proches d’espèces animales violentes, l’homme se devait de l’être aussi, pour survivre.

« Ce que nous sommes dépend de notre histoire évolutive » indique José Maria Gomez Reyes.

Si 2% des décès d’humains est le fait d’autres êtres humains, il faut savoir que de tels comportements se retrouvent dans le règne animal, bien que concernant principalement les mammifères, comme les lions, les loups ou encore les marmottes, pour ne citer que celles-ci. Cette violence particulièrement présente chez les mammifères s’explique par plusieurs raisons, comme pour l’infanticide, qui peut être un moyen d’adaptation dans des conditions spécifiques. D’autres cas de mort par un autre membre de la même espèce peut relever de la compétition entre mâles pour une femelle, par exemple, bien qu’il existe de nombreuses situations différentes.

La violence d’une espèce est liée à sa proximité avec d’autres espèces dans la chaine évolutive, qui auront pratiquement toutes un degré de violence similaire, entre autres au niveau de membres de la même espèce. Pour aller plus loin, l’étude estime que les espèces intégrant les concepts de sociabilité et de territorialité sont celles qui présentent les plus haut taux de violence envers des membres de la même espèce.

Ces notions favorisent et augmentent les risques de conflits de ce type, pouvant aller jusqu’à la mort. Pour l’espèce humaine, l’organisation socio-politique a fait vacillé ces taux de violence, en positif ou négatif, c’est pourquoi au fil de l’histoire, l’Homme a eu des variations dans l’intensité de la violence faite envers les autres membres de l’espèce.

Sources : Atlantico – Nature