in

Dinosaure : voici à quoi ressemblait un bébé sauropode non éclos

Crédits : Kundrát et al., Current Biology, 2020

Des chercheurs ont décrit le premier crâne embryonnaire quasi intact d’un dinosaure sauropode. La recherche, exceptionnelle, nous fournit des informations inestimables sur le développement de ces anciens géants.

Un jeune titanosaure

Les sauropodes sont connus pour leur taille impressionnante et leur long cou. Mais on en sait relativement peu sur leurs petits. Une équipe de paléontologues a récemment eu l’occasion d’étudier l’un de ces spécimens à l’état embryonnaire, toujours niché à l’intérieur de son œuf. Le fossile a été retrouvé il y a 25 ans en Patagonie (Argentine). Malheureusement, on ne sait pas de quelle région précise il est originaire, dans la mesure où le fossile a été exporté illégalement.

Ce spécimen, vieux d’environ 80 millions d’années, était probablement un Titanosaure, estiment les chercheurs de l’Université Pavol Jozef Šafárik (Slovaquie) et de l’Université d’Uppsala (Suède), qui ont eu accès au fossile. Ce groupe de dinosaures sauropodes inclut quelques-unes des créatures les plus grandes et lourdes ayant jamais marché sur Terre. Certains, comme Argentinosaurus, pouvaient peser près de 80 tonnes.

Après avoir assemblé “les pièces du puzzle”, les paléontologues ont utilisé une technique de microtomographie synchrotron. De cette manière, ils ont été en mesure d’étudier de près la structure interne du fossile. Grâce à ces données, ils ont ensuite pu reconstituer en 3D le visage de ce petit dinosaure avant l’éclosion.

Une vision binoculaire

Ces travaux, rapportés dans la revue Current Biology, ont permis d’isoler de minuscules dents nichées profondément dans les mâchoire de l’embryon. Ils ont également trouvé ce qui semble être des restes de muscles temporaux sur le côté du crâne.

Plus inattendu : les scans ont révélé une vision binoculaire (les deux yeux sont utilisés simultanément). Ses orbites étaient également plus inclinées vers l’avant que chez les spécimens adultes. Dans son article, l’équipe conclut que les premiers juvéniles bénéficiaient probablement d’une «perception visuelle bien meilleure» que les plus grands.

Cette caractéristique évolutive pouvait effectivement s’avérer utile, permettant aux nouveaux-nés de mieux juger les distances, ou de repérer des prédateurs camouflés. Rappelons que si les sauropodes adultes pouvaient mesurer plus de trente mètres et peser plusieurs dizaines de tonnes, les petits ne mesuraient que quelques centimètres à la naissance.

dinosaure
Une reconstitution du crâne de l’embryon. Crédits : Kundrat et al / Biologie actuelle

Une petite “corne”

Dernier point : nous savons que de nombreux animaux vertébrés pondeurs modernes, tels que les oiseaux et les crocodiles, utilisent une “dent d’œuf” pour percer leur coquille. Cette protubérance calcaire, qui se forme en même temps que le bec, tombe ensuite quelques jours après l’éclosion.

Ici, les chercheurs n’ont pas isolé de “dent d’œuf”, mais une «petite corne», conférant à cet embryon «une forme de visage particulière». Cette caractéristique aurait également pu aider ces petits à se fendre à travers l’enveloppe d’incubation protectrice de l’œuf. Néanmoins, on ne peut pas en être sûrs.

Enfin, les structures osseuses de ce petit dinosaure laissent à penser qu’il en était à environ 75% de sa période totale d’incubation. Malheureusement, nous en savons trop peu sur le développement embryonnaire de ces animaux pour estimer le nombre de jours avant éclosion.