in

Près de 600 nouvelles étoiles hyper-véloces découvertes

Crédits : KONG Xiao de NAOC

Une équipe d’astronomes de l’Académie chinoise des sciences (NAOC) a récemment identifié 591 nouvelles étoiles hyper-véloces. Leurs travaux, dirigés par la docteure Li Yinbi, sont publiés dans le numéro de The Astrophysical Journal Supplement Series du 17 décembre.

La plupart des étoiles de la Voie lactée se comportent de manière prévisible, en orbite autour du centre galactique à des vitesses avoisinant les 100 à 300 km/s. Mais certains objets atteignent des vitesses considérablement plus importantes : ce sont les étoiles dites « hyper-véloces ».

Plus de 1000 « sprinteuses » recensées

Après avoir été théorisées dans les années 1980, des astronomes ont réussi à prouver leur existence dès 2005, avec la découverte d’une première étoile du genre, et jusqu’à présent, 550 de ces objets avaient été recensés. Dans une nouvelle étude, des astronomes chinois annoncent en avoir isolé 591 de plus, doublant ainsi les effectifs connus. Parmi ces étoiles nouvellement découvertes, 43 pourraient même être capables à l’avenir de quitter les contraintes gravitationnelles de la Voie lactée, pour finalement s’envoler dans l’espace intergalactique.

Les chercheurs expliquent avoir isolé ces nouvelles étoiles dans les données du télescope spectroscopique à fibre multi-objets Large Sky Area (LAMOST), le plus grand télescope optique de Chine, capable d’observer environ 4000 cibles célestes en une seule exposition. Mis en service en 2012, ce télescope a permis d’établir la plus grande base de données de spectres au monde.

Les astronomes se sont également appuyés sur le télescope Gaia, de l’Agence spatiale européenne (ESA). Lancé en 2013, cet instrument nous a jusqu’à présent fourni les paramètres astrométriques de plus d’1,3 milliard de sources stellaires. «Ces deux bases de données massives nous ont offert une opportunité sans précédent de pouvoir trouver plus d’étoiles hyper-véloces», explique le professeur Luo Ali, co-auteur de cette recherche.

D’après l’étude, toutes ces étoiles évoluent dans le halo stellaire de la Voie lactée, dont la majeure partie aurait été formée à partir de l’accrétion et de la perturbation des marées de galaxies satellites. Ces « sprinteuses » de l’espace seraient donc issues de galaxies beaucoup plus petites en orbite autour de la nôtre.

voie lactée galaxie
Une représentation d’artiste de la Voie lactée. Crédits : PxHere

Une étoile flashée à 6 millions de km/h

Rappelons qu’il y a quelques mois, une équipe d’astronomes annonçait avoir repéré une autre de ces étoiles hyper-véloces se déplaçant à des vitesses folles. En cause : une rencontre rapprochée avec le trou noir supermassif de notre Galaxie.

Concrètement, il y a environ cinq millions d’années, un couple d’étoiles s’est en effet approché de Sagittarius A*. L’une d’elles s’est probablement fait dévorer, mais l’autre a survécu… Non sans un bon coup de pied aux fesses ! Cette étoile baptisée S5-HVS1, environ 2,3 fois plus massive que le Soleil, aurait en effet bénéficié d’une fronde gravitationnelle, la propulsant dans la Galaxie à plus de 6 millions de km/h. Le précédent record était jusqu’à présent détenu par l’étoile 708 US, flashée à 4,3 millions de km/h.