in

Étoile de Tabby : et si la responsable était une lune vagabonde ?

L'étoile de Tabby. Crédits : NASA / JPL-Caltech

Une nouvelle théorie tente aujourd’hui d’expliquer les étranges variations de luminosité qui caractérisent, encore aujourd’hui, l’étoile de Tabby. Elles pourraient être l’œuvre d’une lune orpheline, condamnée à une mort (très) lente.

Il y a quatre ans, des chercheurs nous dévoilaient cette étoile, située dans la constellation du Cygne à environ 1 480 années-lumière de la Terre. KIC 8462852, mieux connue sous le nom d’étoile de Tabby, affichait des variations inexplicables de luminosité (des baisses de 1 % à 22 %). Ces événements périodiques se déroulaient (et se déroulent toujours) sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant que l’étoile ne retrouve son éclat naturel. Ce qui, forcément, intrigue la communauté scientifique.

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour tenter d’expliquer ces phénomènes. On a évoqué la possible présence d’un essaim de comètes, ou encore d’une sphère de Dyson visant à pomper l’énergie de cette étoile. En janvier dernier, de nouvelles données recueillies suggéraient que ces baisses de luminosité pouvaient être causées par un nuage de poussière. Jusqu’ici, c’est l’hypothèse qui tient le plus la route. Des chercheurs américains de l’Université Columbia confirment aujourd’hui théorie, proposant en revanche une nouvelle explication à la présence de ces débris.

Une lune orpheline

Dans un nouveau papier publié dans les Avis mensuels de la Royal Astronomical Society, les astrophysiciens Brian Metzger, Miguel Martinez et Nicholas Stone proposent que ces variations de luminosité soient le résultat de la présence d’une lune orpheline, dont la matière serait lentement siphonnée par l’étoile. Son exoplanète détruite, ils supposent qu’un tel objet aurait en effet pu se replacer sur une toute nouvelle orbite, plus proche de l’étoile. Si tel était le cas, les couches extérieures de la lune, probablement composées de glace et de poussière, commenceraient alors à se diffuser dans l’espace. Au final, cette matière commencerait à former un disque de débris autour de l’étoile. Bloquant ainsi sa lumière de manière très irrégulière.

« Cette exolune est comme une comète de glace qui s’évapore et crache de la matière dans l’espace, explique Brian Metzger. Finalement, l’objet devrait s’évaporer complètement, mais il faudra des millions d’années pour qu’il soit complètement consommé par l’étoile. Nous sommes très chanceux de pouvoir assister à cet événement ». Le chercheur part ici du postulat que l’hypothèse est confirmée, mais ce n’est pas le cas. Nous n’avons en effet à ce jour aucune preuve directe que des exolunes existent réellement dans l’Univers. Même si leur présence semble tout à fait logique si l’on prend en compte l’existence même des exoplanètes.

étole de tabby
KIC 8462852 dans l’infrarouge et l’ultraviolet. Crédits : Wikipédia

Rappelons que l’étoile de Tabby n’est pas le seul objet présentant ces caractéristiques étranges. En mars dernier, des chercheurs localisaient une étoile similaire à 440 années-lumière de la Terre. Sa luminosité avait à l’époque été réduite de 80 % pendant toute une journée. Là encore, l’hypothèse de la vague de poussière est avancée. Il est également possible que la responsable soit une grosse planète, ou une naine brune, dotée d’un système d’anneaux incliné.

Articles liés :

Des chercheurs tombent sur l’étoile à neutrons la plus massive jamais détectée

L’or de votre alliance provient (peut-être) de cette collision d’étoiles

Aucun signe de civilisation extraterrestre autour de ces 1 300 étoiles