in

Vous êtes victime d’une perte de libido ? Les phtalates pourraient être incriminés !

Crédit : pxhere

C’est une nouvelle étude qui incrimine encore aujourd’hui les phtalates, ces produits chimiques présents dans les cosmétiques, les jouets plastiques, les peintures et même les vêtements !

Connu principalement en tant que perturbateurs endocriniens, les phtalates sont aussi considérés comme toxiques pour les appareils reproducteurs mâles. Mais ce que l’on ne savait pas, c’est qu’ils interviendraient aussi directement sur la libido, ce désir sexuel présent chez tous et qui favorise la reproduction ! C’est en tout cas ce que démontre l’étude de Carlos Dombret et Daphné Capela menée au laboratoire de neuroplasticité des comportements de reproduction de l’Institut de biologie Paris-Seine.

Dans une publication dans la revue scientifique Environmental Health Perspectives, le groupe de chercheurs explique avoir mis en contact pendant quatre semaines des souris à différentes doses de phtalate (0, 0,5, 5 et 50 µg/kg/jour) par rapport à la limite autorisée par l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) qui est de 50 µg/kg/jour. Différentes variables ont ensuite été observées. Parmi elles, on décompte l’acte de reproduction, l’attractivité des mâles envers les femelles, les vocalises des rongeurs propices à la reproduction et la préférence olfactive.

Les résultats sont sans appel. Malgré un non-changement de comportement quant à l’identification de partenaires potentielles, les souris exposées aux phtalates restent pénalisées dans la poursuite de leur rapport. Leurs vocalises sont moindres, leur attractivité en est diminuée, l’éjaculation est beaucoup plus lente. Cette baisse de libido est mise en lien avec une diminution des récepteurs à androgènes, l’hormone qui stimule et contrôle le maintien des caractéristiques mâles.

Ainsi, même en étant administrés à la limite autorisée, les phtalates provoquent des dommages considérables sur l’organisme et principalement sur le système endocrinien et le système reproducteur.

Source