in

Aujourd’hui, l’été est la saison la plus dangereuse de l’année

secheresse
Crédits : piyaset / iStock

Par le passé, l’hiver était la saison la plus dangereuse. Désormais, la saison la plus à craindre de l’année n’est autre que l’été. Cela s’explique par certains phénomènes intenses, dont les vagues de chaleur, la sécheresse et les inondations.

Le phénomène météorologique le plus meurtrier

Qu’il s’agisse de santé, d’accidents et de mortalité, l’hiver a toujours incarné la saison la plus risquée depuis que l’humanité a fait son apparition sur Terre. Un article publié par The Hill le 20 juin 2022 donne l’exemple de l’année 536, durant laquelle a coup de froid très sévère a frappé l’Europe. Pas moins de 100 millions de personnes ont perdu la vie en un seul hiver. À cette époque, le refroidissement du climat a été plus intense en raison d’éruptions volcaniques massives. Ainsi, les Européens principalement ont fait face à des catastrophes agricoles, des famines, et donc une très forte mortalité.

Chercheuse à l’Institut du Changement Climatique de l’Université du Maine (États-Unis), Kimberley R. Miner rappelle que l’hiver a toujours été synonyme de souffrances et de lutte. Néanmoins, ce n’est désormais plus vraiment le cas puisque la chaleur est en train de devenir le phénomène météorologique le plus meurtrier.

Malgré quelques coups de froids intenses çà et là, la saison hivernale a tendance à se raccourcir. L’Europe connaît des épisodes de gel moins fréquents et un printemps qui démarre plus tôt, comme l’été. Or, cela peut donner l’impression d’avoir une période estivale qui s’étale sur pratiquement six mois. Le dernier témoignage en date de ce phénomène n’est autre que la récente canicule avec des températures supérieures à 40°C en Europe, mais également en Asie et en Amérique du Nord.

été chaleur canicule
Crédits : Xurzon / iStock

Le réchauffement climatique en cause

Chaque année, environ 5 millions de personnes perdraient la vie en raison de la chaleur. Or, si les décès durant l’hiver étaient plus nombreux, la tendance s’inverse en ce moment. Dans certaines zones de l’hémisphère nord, notamment aux États-Unis, la chaleur est déjà devenue le phénomène météo le plus meurtrier. Respectivement en 2003 et en 2010, l’Europe et la Russie ont connu une forte canicule responsable de nombreux morts.

Régulièrement, des événements dévastateurs ont lieu, comme les incendies de forêt et la pollution de l’air qui en découle, ainsi que la sécheresse et le manque d’eau. La hausse des températures a également des effets néfastes sur faune sauvage notamment marine, et donc l’alimentation humaine. Évoquons également des risques plus importants de précipitations diluviennes, et donc d’inondations. Or, ces pluies tombent souvent sur des sols bétonnés (imperméables) ou très secs en raison de la chaleur.

Les chercheurs de l’Institut du Changement Climatique rappellent que les humains ont par le passé fait face à des épisodes glaciaires et des éruptions volcaniques massives. Désormais, il est question de supporter des événements dont l’origine n’est autre que le réchauffement climatique qui découle des activités humaines. Aussi, la seule manière de rendre l’été moins dangereux est de simplement traiter efficacement le réchauffement climatique.