États-Unis : un test de géo-ingénierie controversé définitivement stoppé

nuages
Crédits : Danielvfung / iStock

En Californie, des chercheurs ont récemment lancé un test d’éclaircissement des nuages depuis un ancien porte-avions. Toutefois, la municipalité concernée l’a interrompu avant de se raviser et ensuite de l’interdire définitivement. Les dérives potentielles de cette technique de géo-ingénierie sur l’environnement seraient en effet trop grandes.

Une volte-face des décideurs

Des scientifiques de l’Université de Washington (États-Unis) ont lancé début avril 2024 un test d’éclaircissement des nuages. Il a ensuite été interrompu deux semaines après le début des opérations par la municipalité d’Alameda, une petite ville de la baie de San Francisco en Californie. Néanmoins, cette même municipalité est revenue sur sa décision.

Rappelons que l’éclaircissement des nuages est une technique de géo-ingénierie qui consiste à diffuser de l’eau salée dans l’air. L’objectif ? Refroidir le climat grâce à l’effet Twomey. Il implique des nuages contenant un grand nombre de petites gouttelettes qui se forment autour de particules de sel. Or, cela permet d’augmenter l’albédo des nuages, à savoir leur capacité à renvoyer le rayonnement solaire vers l’espace.

Dans les faits, les chercheurs américains ont installé à bord du porte-avions USS Hornet (voir ci-après), reconverti en musée, d’imposants ventilateurs qui avaient pour mission de vaporiser une solution d’eau salée. Dans un premier temps, l’expérience ne servait pas à mesurer les effets sur le climat, mais à vérifier que la brume produite présentait les caractéristiques attendues.

porte-avions Hornet géo-ingénierie
L’USS Hornet a accueilli les installations pour le test d’éclaircissement des nuages. Crédits : Sanfranman59 / iStock

Un test de géo-ingénierie finalement abandonné

Après une première interruption du test, les autorités d’Alameda ont effectué une évaluation avant de finalement conclure à une absence de risque sanitaire mesurable pour la population locale, mais aussi pour la faune et la flore. Le rapport précise que la solution d’eau salée utilisée pour l’opération est similaire à ce que l’on trouve dans la nature. Toutefois, comme le révèle le New York Times dans un autre article du 4 juin 2024, les conseillers municipaux d’Alameda ont finalement décidé de maintenir l’interdiction, et ce, de manière définitive. Le rapport des autorités avait pourtant donné son feu vert, en ajoutant l’installation d’un appareil de mesure de la qualité de l’air et la mise en place d’une durée limitée au niveau de l’usage des ventilateurs.

Plus localisé, l’éclaircissement des nuages inquiète beaucoup moins que d’autres techniques comme l’injection d’aérosols stratosphérique. En revanche, la méthode laisse tout de même planer des risques non négligeables sur la pêche à cause de la baisse des températures. Elle pourrait également perturber les courants marins.

Comme la plupart des techniques de géo-ingénierie visant à agir sur le climat, l’éclaircissement des nuages aurait pu – en cas de succès – servir de prétexte pour ne pas enclencher les profonds changements que de nombreux scientifiques conseillent afin de lutter contre le réchauffement climatique. Or, ces recommandations sont toujours les mêmes : réduire le recours aux énergies fossiles et à l’agriculture intensive et ainsi, réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre (GES).