in

États-Unis : les rendements agricoles améliorés grâce à un curieux « trou de réchauffement »

Crédits : Pxhere.

De nouveaux résultats démontrent qu’à ce jour, le changement climatique n’a eu aucun effet notable sur les rendements agricoles de la célèbre Corn Belt aux États-Unis. Au contraire, l’absence de réchauffement et la hausse des pluies au centre du pays ont même amélioré ces derniers. Les résultats ont été publiés le 22 octobre dans la revue Environmental Research Letters

Depuis le début de l’ère industrielle, la température moyenne sur le globe a augmenté de 1 °C. Cette élévation n’est pas spatialement homogène – certaines zones s’étant peu ou pas réchauffées. L’une d’elles concerne le sud-est et le centre des États-Unis. On parle du « trou de réchauffement » états-unien. Il concrétise une légère tendance au refroidissement démarrée dans les années 1950 et qui s’est poursuivie jusqu’à la fin du vingtième siècle.

La localisation précise de cette anomalie varie suivant les saisons. En particulier, entre mai et septembre elle concerne la célèbre ceinture de maïs – un espace agricole majeur du Midwest américain. De plus, l’absence de réchauffement s’est associée à une augmentation des précipitations. Enfin, notons que cette particularité régionale résulte probablement de la combinaison de fluctuations naturelles multi-décennales et d’influences humaines locales –  par exemple via la hausse de l’irrigation.

Hausse notable des rendements agricoles

Une nouvelle étude parue ce 22 octobre a évalué comment ce phénomène a influencé les rendements concernant la production de maïs aux États-Unis. Malgré la présence de changements dans les pratiques agricoles au fil des décennies, les résultats sont sans appel.

rendements agricoles
Tendance de la température entre mai et septembre sur la période 1930-2011 en a) et évolution de la productivité agricole de maïs sur la même période en b). Crédits : T. Partridge & al. 2019.

« Si le trou de réchauffement états-unien n’avait pas existé, les rendements de maïs dans le centre du pays auraient été inférieurs d’environ 10% par an » précise Trevor F. Partridge, auteur principal du papier. « Cela se traduit par une valeur ajoutée d’environ 1,5 milliard de dollars par an. Nos résultats montrent à quel point le centre des États-Unis est relativement à l’abri des effets du changement climatique ». En tout cas jusqu’à présent.

Le rôle majeur de la température

En comparant des simulations numériques avec et sans l’anomalie, les chercheurs ont pu montrer que 62 % de la hausse des rendements susmentionnée était attribuable au paramètre température. Les 38 % restant étant le résultat de la hausse concomitante des précipitations. Au final, les cultures disposent de plus de temps pour arriver à maturité. Ceci permettant de produire une plus grande quantité de grains. Par ailleurs, elles sont moins exposées au stress hydrique.

« L’amélioration des rendements dont bénéficie la ceinture de maïs grâce au trou de réchauffement devrait diminuer à l’avenir. Alors que cette région est sous l’influence d’une anomalie depuis plusieurs décennies, nous devons être prêts à faire face aux défis associés au changement climatique » ajoute Jonathan Winter, co-auteur de l’étude.

Articles liés :

Il existe une réserve qui abrite des millions de variétés de semences agricoles

L’Homme perturbait déjà fortement l’environnement il y a plusieurs milliers d’années

Réchauffement climatique : nous devons repenser notre production alimentaire